La Facilité.

La facilité.

(Ça ne va pas être facile pour tout le monde).

On pourrait dire en plaisantant que la facilité est un but dans l'existence et que ceux qui le pensent avec sérieux seront toujours en proie aux vissicitudes de la vie.

La facilité n'est pas un but, c'est la méthode la plus courte à la rigueur, et normalement ce devrez être la moins dure. Pourtant la rapidité d'action en matière d'évolution n'est pas forcément la meilleure comme disait Darwin. Hors nous, druidiquement parlant, nous prenons notre temps en calquant la nature terrestre car la spiritualité doit demeurer profondément réfléchie. Pour les actes physiques la facilité n'est pas forcément la plus porteuse non plus, cela dépend de la complication qu'il nous faut contourner.

Considérant ça on peut bien penser que la facilité n'est pas un but dans la vie, seul compte le fait d'arriver à ses fins correctement.

Donc la facilité n'est pas toujours une bonne chose, c'est surtout une méthode d'efficacité des actes.

La facilité n'a pas forcément rendez vous avec la qualité, en revanche la qualité inscrite donne systématiquement un aspect facile aux choses, dans le sens où toute création humaine est un outil. Par exemple donnez un coup de marteau sur un clou peut se révérer catastrophique si vous n'usez pas d'une méthode, c'est un utilitaire. Cela peut paraître un raisonnement basique mais certains d'entre nous confondent l'aspect facile d'un acte avec celui d'un objet. C'est cornélien et c'est pourquoi il faut éclaircir le sens de ce mot, la facilité n'est qu'un mot pas trés clair, rien de plus.

La facilité c'est quand on sait parfaitement ce que l'on fait, même si on le fait instinctivement.

Cela ne doit pas devenir une croyance, c'est la base de l'acte de penser naturellement. En cela le facile se situe dans la partie gauche du panthéon, côté humain, dans l'Albios, le Bitu et les Andéros.

Il doit y avoir une divinité du panthéon qui l'incarne trois fois, pleine d'animalité.


Continuons de plaisanter: c'est dur la facilité finalement....mais non.


Je vais prendre trois exemples distincts pour que vous compreniez mieux ce qu'est ce sentiment.


Prenons un poisson dans son bocal, sa vie pourrais être considérée comme facile, mais il a des instincts premiers, ce qu'on appelle une âme vivante. Pour ses besoins de base aucuns problèmes, quelqu'un d'autre y pourvoit. L'ennuie c'est qu'il est prisonnier de sa bulle, il n'existe pas par lui même, sa vie ne doit pas être facile tous les jours. Il y a les pour et les contres à chaque moment. Ce n'est pas difficile mais il n'est pas heureux. 



Prenons ensuite un humain dans sa société, il évolue au milieu des autres mais lui non plus n'est pas complètement libre. Physiquement tout va bien mais instinctivement il n'est pas libre non plus. Rien n'est acquis définitivement pour son âme. Pas facile tout le temps.


Prenons ensuite une plante dans la forêt, elle est tombée au bon endroit et pas les autres, c'est une question individuelle donc. Elle pousse dans son milieu de prédilection instinctivement, tout va bien en général. 

C'est seulement pour cette dernière que la vie est facile finalement, elle fait ce pourquoi elle est née. À la différence des deux autres qui n'utilisent plus leurs instincts primaires.


Donc ce concept de facilité est une façon d'évoluer de façon tout à fait primaire. Qu'il faille faire de durs efforts où pas.

Il ne faut pas le confondre avec l'aspect pratique, la facilité est instinctive et dépend du milieu naturel, la praticité à plus à voir avec un changement de milieu tourné vers la ville.


C'est la sagesse primaire et pourrait on dire première, des débuts de chaque actes.


Je pense que nous devrions avoir une divinité de la facilité qui serait incarnée par une créature végétalisée, vous comprenez où je voulais en venir?


A développer.