Nabelcus.

Nabelcus


Nabelcus était commandant d'un puissant Fortin, installé au sommet d'une colline qui montait jusqu'au ciel. Il faisait le lien avec le grand dieu de la guerre. Nabelcus incarnait l'installation des soldats quelque part. Ces garnisons installèrent autour de leurs positions des villages qui faisaient l'approvisionnement et donc qui installaient la lumière, la civilisation humaine. Il y eut un arbre mort au sommet de la colline, c'est avec son bois qu'on construisit les solides murailles. Le puissant fort de Nabelcus était éclatant de blancheur, son installation nouvelle provoqua la peur parmi les meutes barbares venue de l'Est. Ce fût une bonne chose car la paix s'installa. Une pureté divine se propagea autour du fort blanc.



Nb: Dieu guerrier où commandant de Dunon qui facilitait l'installation de la civilisation. De bon augure.



 

Nantosuelta.

Nantosuelta


On pourrait l'appeler "la volonté du sol", Nantosuelta est une divinité d'en bas, elle est présente dans la clairière primordiale. C'est une nymphe de l'eau matricielle, de l'eau présente dans le sol et qui permet aux plantes de vivre. Du monde passionnel, Nantosuelta représente l'amour dans le couple et chez les gaulois c'est la déité féminine des mariages. On la trouve représentée avec un pichet au côté de son compagnon au marteau, le gros cœur du marié qui bat pour sa belle. Issue du culte des eaux matricielles, c'est la magie de la femme qui alimente, qui arrose la création, qui la provoque.


Nb: différentes représentations existent, toujours c'est une porteuse d'eau et toujours elle est sculptée avec son compagnon.


Nantos.

Chez les Namnetes, l'insouciance vînt aux jeunes gens lorsqu'un dieu sorti des eaux atlantéennes. Sur des plages battues par le vent d'ouest, Nantos arrivait en marées immenses et enjouées. Le tapageur forçait sans les retranchements solides de la morale imposée. Ses rires communiquants dévalaient  les pentes comme des torrents qui bousculèrent tout. Se mélant des affaires incertaines, ses fluxs mélaient les certitudes en des noeuds impénétrables au sérieux des gens attérés. Nantos se moquait de tout, vivant dans l'immédiateté. Sa jeunesse éternelle ne fît pas défaut lorsque les âmes perdues voulûrent envahir ce territoire à l'extrémité de l'automne. Il revenait sans cesse à la charge, narquois, se moquant même des tristesses qui remontaient du monde d'en bas. Nantos le rieur, celui qui bouscule l'ordre établi n'hésitait pas non plus à se méler aux batailles, se moquant de ceux qui en face voulaient imposer leurs lois inéquitables. Et pourtant sa légèreté n'avait pas de faille, la mort elle même tremblait devant les vagues de ce roi simiesque. Sa présence était le plus souvent annonçée par des oiseaux de mer, les mouettes rigolardes  nommées Ernaes envahissaient les terres, soulevant les âmes de ceux qui avaient perdu l'espoir. Nantos ne craignait rien ni personne, il traînait dans cesse aux portes de l'autre monde essayant d'y rentrer, pour aller y jouer quelques farces interdites.




Nb: Nantos devait aussi avoir un homonyme comme "Nertos" à l'intérieur des terres. Sa pierre, "Nantos" désignant l'intrépidité est d'un bleue sombre, celui de l'Atlantique, son animal semble être le Geai moqueur. Les Ernaes sont les ancêtres des Erynies grecques.

 

 

 

 

 

Naria.

Naria


Naria la faucheuse était une guerrière d'une grande réactivité, elle incarnait la nouveauté imprévisible. C'était une sorte de justicière, son emblème était une corneille combattante. De ce groupe là on sait qu'elles s'engageaient durant toute leur vie sans faillir, elle protégeait certains territoires. Ces femmes là restaient vierge toute leur existence et n'avaient jamais d'enfant. Divinisé, Naria remplissait un rôle vital, la terrible guerrière pouvait dit on, faucher toute une troupe comme les blés.



Nb: on se rapproche du mythe des Amazones, qui ont un rapport clair avec la corneille chez les gaulois. Peut être un rapport avec les "néréides" grecques, des vaguelettes à la grosse vague imprévisible, trace du culte des eaux, mais attention les cultes gaulois et grecques sont quelque-peu antagonistes.

 

 

 

Narbo.

Narbo


C'était un dieu osmotique, il avait un rapport avec la mer qu'il regardait constamment, comme dans une manière d'échange. Ce fût lui aussi un grand ancêtre, c'est à dire un homme passé du côté divin. Le grand père Narbo avait beaucoup voyagé, il avait combattu souvent et pour des camps différents. C'était un marin, un pêcheur à pied et un nageur hors pair. Son élément était la mer, elle lui prodiguait ses vertus, lui donnait son souffle, rendait son corp vigoureux.



Nb: Toujours un dieu qui incarne un mode de vie spécial, un métier et un milieu, pénétrant dans l'imaginaire des néophytes.

 

 

 

Nataë Mattres.

Nataë Mattres


Les Nataë Mattres évoluaient dans le monde sombre et intérieur. Elles offrirent une haute protection pour les nouveau-nés car elles étaient les marraines, les tantes de la tribu. Les Nataë étaient des fées habitantes de l'autre monde qui accomplissaient les voeux, elles faisaient partie intégrante de la famille gauloise et on gardait une statuette de l'une de ces mattres la dans toutes les maisons. Elles faisait les liens avec les autres clans. Enchanteresse du monde d'en haut  elles n'avaient pas de passions physiques, ce qui les rendaient un peu envieuses des humains, leur puissance était dédiée à la protection des jeunes gens, des ruisseaux  qui devaient clairs. Elles inculquaient certains savoir-faire et façons d'être. Elles se comportaient en bonnes amies pour faciliter les échanges. 



Nb: Il semble qu'il y ait un rapport avec la grande ourse.

 

 

 

Nechtan.

Nechtan 


Du monde d'en haut, Nechtan lui aussi avait fait le serment du coquelicot, la fleur de Lugus. Homme juste, il cultiva le cercle sacré d'un néméton pour en faire un terrain fertile.  

Quand il était arrivé sur les lieux boisés, il n'y avait que friches et ensorcellement. Prisonnier des abnobae, elles l'obligèrent à passer la charrue dans leurs ronces. Il était le premier à faire cela et il passa plusieurs nuits à retourner la terre la plus proche. Une fille des bois profonds vînt lui adresser un message, son vœux  serait accordé s'il passait le prochain cycle à prier les dieux. C'est comme ça que Nechtan s'installa sur cette terre, qu'il fût déclaré roi et qu'il en fît un lieu de chant.



Nb: gros thème donc c'est un personnage très ancien, qui aurait rapproché le ciel et la terre. Pas de trace de bataille où d'armes dans l'étude.

D'après ce que j'ai pu apprendre avec les autres divinisés, il semble que celui qui installe un néméton pour la première fois sur une terre en devienne le héros principal où le monarque. Comme un messager des dieux dont la fleur serait le coquelicot.

 

 

 

Namae-ves

Nemae-ves

(Aussi nommées Némaeues).



En début d'année les Mères de la tribu célébraient les nouvelles étoiles de l'année apparue dans les profondeurs du ciel. Ainsi sur l'arbre spirituel apparaissaient de nouvelles branches, ces nymphes ci héritaient des anciennes lois qui devaient les représenter dans le monde des vivants. À cette époque de l'année on chantait les odes connues pour les transmettre aux prochaines générations.

Et c'est là qu'apparut celui qu'on nomma "le neuvième cavalier", l'homme nouveau.



Nb: transmission au seins du sanctuaire des bois, les nouvelles mattres étaient acceptées à ce moment là.

 

 

 

Némausos.

Sur les terres nymoises, au tout début il n'y avait que broussaille, infestées de serpents venimeux, cet endroit n'offrait rien de bon aux tribus de passages.

Aucunes cultures ne semblaient vouloir s'y tenir droites. Cependant, au milieu coulait une rivière fraîche et un grand chêne offrait un peu de répit aux voyageurs fourbus et affamés.


Une femme, une voyante puissante demanda aux dieux de faire venir l'histoire, le grand serpent antique qui traçait les routes et installait les cîtés dans ses noeuds. 

Le premier matin du printemps suivant, on trouva un nouveau né abandonné au pied du grand arbre, un oiseau chanta un air enjoué à proximité. Le chant dura quatres nuits et trois jours. Ce qui intrigua largement les gens.

La femme le nomma Némausos. Elle l'éleva sur ces terres arides, et il devînt dur au mal. À l'adolescence ses capacités étonèrent encore plus. La manie de ce gamin pas comme les autres était de se confronter aux serpents les plus gros et les plus vifs. 

Devenu un homme, Némausos décida d'éradiquer les mauvais esprits de ce territoire où lui seul pouvait vivre en toute quiètude. Il courut pendant dix nuits et neuf jours à travers les terres recouvertes de buissons d'épineux. Cherchant les êtres mauvais, attrapant tous les serpents de l'endroit. Il les fourra dans un sac qu'il emmena vers un grand trou qui menait aux mondes d'en bas, et il jeta le sac dans le gouffre de la perdition. 

La plaine ainsi assainie, il pût l'offrir à celle qui l'avait élevé. L'endroit devînt un sanctuaire où les dieux d'en bas ne pouvaient plus revenir. En son honneur on appela cette place autour de l'arbre :"Németon", le lieu de la célébration. Némausos fût le premier roi de l'endroit, il était considéré comme l'envoyé des dieux d'en haut.

L'oiseau chanta longtemps ses louanges et les humains le célébrèrent encore plus longtemps après la mort du premier héros.

La nuit surtout, dans le cercle sacré, on racontait son histoire en des odes fantastiques.








Nb: Némausos, aussi appelé Némaxat signifie :"la volonté divine".

Némo: la couverture du ciel, Ésos: le volontariat.

Sa pierre est "Némax": la célébrité.

Le mot qui nous est parvenu en français est "renommée", de "Némos", le ciel.

Si je ne m'abuse, Némausos est la constellation de persée chez les grecs.

 

 

 

Néman-Iacos.

 

Au début, dans la nuit des temps il y eut un grand Auroch, je pense que c'est lui que l'on appelait Iamos.

Il s'éveilla au commencement d'un cycle de soleil et d'un coup de patte fît jaillir l'étincelle,

Ce forgeron mît à jour la boule du soleil et cria l'univers,

Depuis cette empreinte se propagea la première parole,

La force de son caractère vécu trente années,

Son souhait fût exaucé et les cors du cerf blanc poussèrent autour de l'arbre du monde,

La loi du divin animal fût la première qui déclencha les cycles,

Un Druide nommé Iacos regarda les étoiles se mouvoir sous l'impact,

De là nous vient la noblesse du savoir,

Les règles de Iacos fûrent calquées sur sa course,

C'est lui qui façonna le Néma-Iacos,

A travers son histoire il lui donna le pouvoir de régler la vie des hommes,

A la fin de son règne qui dura un siècle gaulois l'auroch tapa une seconde fois la pierre,

Il ordonna les étoiles noctambules,

Elles se souvînrent de la force de son discours,

Depuis lors, celui qui porte le Neman-iacos porte l'insigne de la loi universelle,

Le signe qui entoure la première chaleur et la première naissance.




Nb: ce que l'on appelle Torc aujourd'hui s'appellait "Neman-Iacos", c'est le collier de pouvoir. Il désigne le début et la fin de l'univers, du temps, mais aussi et surtout de la loi des aïeux.

Le terme "Maniaces" rendu par les grecs est un peu erroné.

Le Neman-Iacos  est comme une couronne dans l'antiquité gauloise, le signe divin de celui qui est éduqué  et qui donne la loi, les règles de vie. C'est l'insigne des druides anciens, éminemment. Cette référence à l'auroch  vient du fait qu'autour du sanctuaire de Stonehenge est enterré un Neman-Iacos gigantesque dans le fossé extérieur, entourant la volonté du temps, du calendrier de Kernunos installé dans les cercles.


"Iacos" désigne la bonne parole, la fermeté aussi.


On raconte que Diviciacos sacrifia deux taureaux blancs liés par les cornes, c'est  le symbole de la torc.

Tout bon.

 

 

 

Nemed.

Nemed


Il existait un endroit dénommé Nemed, une île dans laquelle les héros se rejoignaient. Cette île était un moment précis, appartenant au grand cycle, là où des hommes venaient à danser, dans la rondeur du néméton.

Cet endroit où les guerriers célèbres se regroupaient se trouve au plus profond des bois sacrés, là où les branches se rejoignent et que le sang coule pour choisir celui qui doit rester.


Nb: Toujours la légende du neuvième cavalier, on la voit imprimée sur certaines sculptures et dans certaines tombes. Mythe Arverne sûrement.

 

Nemetialae Mattres.

 

Nemetialae mattres


Les Nemetialae mattres étaient les mères pourvoyeuses du néméton, c'est à dire celles qui devaient s'occuper des approvisionnements physiques sur la place. Elles ont eut une existence terrestre et avaient sns aucuns doute un rôle dans la pérénité, des gardiennes des secrets et de l'organisation des clairières sacrées.


Nb: Très probable, existence bien physique.

 

 

 

Némétona.

Némétona


Némétona fût l'archétype de la nymphe habitante et messagère du ciel. On pourrait l'appeller aussi Neptuna car c'est effectivement la sirène stellaire par excellence. C'était elle qui faisait renaître les héros dans le grand fleuve du ciel. Elle aussi qui entonne les chants et les odes divines qui faisaient battre le coeur de la civilisation gauloise. Une grande mère céleste.


Nb: toute dediée aux némétons et aux chants glorieux.

 

 

 

Nervinaé.

Le monde tournait, les cycles de reconnaissaient, à certaines dates les dieux envoyaient leurs messagèrent, le Nervinaés.

Chez les Noricii et les Nitiobriges on célébrait un culte aux avant postes des étoiles pour les accueillir. C'était les nymphes qui arrivaient en traversant la voûte célestes, elles passaient toujours à la même époque de l'année pour venir voir Gallia, que vous appelez aussi Galatée en Grèce. Dans ce ruisseau cosmique qui les emmenait se trouve une pierre trés spécifique que l'on appelle "certitude des constances". Une pierre aux reflets épisodiques qui n'apparaissaient que d'un seul côté, une lamelle brillante qui appartenait aux torrents d'altitudes et disparaissait en descendant plus bas, celle du mica. Les Nervinaés venaient donner aux hommes un trés beau présent venu de la montagne univers, la constance, qui servait à calculer la durée de tous ce qui vît normalement. On l'ajoutait au chaudron des esprits pour lui donner sa solidité. Celle du rythme. Ces étoiles filantes étaient envoyés depuis la constellation des mattres que vous appelez maintenant "persée". C'est celle de la durée.

Il me semble bien qu'un sport, dit de la course à pied était pratiqué en leur honneur le long des murailles protectrices qui soutiennent les ciels clairs et dont les rochers sont fait de ce mica sombre. On appelle cette pierre "Nervi", la constance, qui donne la fermeté de la nuit.

On dit que ces nymphes habitent seulement de petits bassins d'eau claire cachés par de grands rochers dans la montagne.





Nb: il semble bien que les "perséides" nommées "Percernes", la sagacité par les envahisseurs aient été les "Nervinaés" dans les tribus gauloises. Des nymphes messagères des dieux dans les océans célestes.

On trouve leur trace partout jusque dans les territoires Ligures, Nerviens..etc. Elles sont donc un mythe généralement admit par tous.


L'étoile au centre de la constellation se nomme Nérius.

 

 

 

Niskae Mattres.

Niskae mattres


Dites les nymphes mères de l'esprit. Les vasques retrouvées en France et en Italie mais aussi plus au nord de l'Europe servaient à consulter les messages des Niskae. Chaque étoile du ciel était une nymphe dans le grand fleuve du ciel mais on ne pouvait entant qu'humain discuter directement avec le ciel. C'est ainsi que les prêtresses et les officiants du culte apprirent à consulter les dieux en s'inspirant du reflet profond des étoiles dans les vasques de la pureté originelle. Ces sirènes habitantes des plans d'eau calme inspiraient alors un avenir et une pensée pour les lendemains gaulois.



Nb: 100%. On retrouve ces vasques un peu partout en Europe de l'ouest, vieux souvenir du culte des eaux de la vie

 

 

 

Noninos.

Noninos


Noninos était un petit dieu trés indiscipliné, il allait et venait entre le ciel et la terre. Normalement il restait tranquillement dans le Monde du frêne sacré mais quelques glissades jusqu'au fleuve  ne lui déplaisait pas, il était né des eaux célestes. C'était un naïf et un inconscient protégé des dieux, son caractère un peu lunatique en faisait un désobéissant. L'invoquait on qu'il apparaissait à son bon vouloir, n'écoutant jamais les ordres de personne. Pourtant dans ses bons jours il pouvait rendre de fières services et aider pour arroser les champs. Quelquefois un peu sec il se faisait attendre. Noninos était le petit dieu des averses subites et des sécheresses surprise.



NB: un des dieux de la pluie et du beau temps, Noninos est très versatile et apparaît le plus souvent où on ne l'attend pas.

 

 

 

Nérius.

Nérius


Nérius se mouvant alentour donnait le ton et l'inspiration.

Dans le grand marais caché, là où la création montrait toutes ses lueurs, le flutiste sacré jouait d'un instrument fabriqué dans un roseau du ciel. Nérius jouait les sept sons avec bonheur. Il habitait l'autre monde dans une partie au alentour du notre. Quelquefois agitées et d'autres fois mortifères, ses musiques faisaient bouger le monde tribal, il avait été un des grands ancêtres et en tant que tel il avait encore sa place parois les vivants. Il connaissait les secrets des cercles et des sept sons que l'on pouvais jouer en même temps.



NB: un musicien mythique qui insuffle les différentes danses de la vie.

 

Nercihenae Mattres.

 

Nercihenae Mattres



C'était des grand-mères reconnues pour leur savoir-faire, leur rigueur et la force de leurs rêgles. Les femmes gardaient la flamme de la création au milieu des familles. Les Nercihenae Mattres l'entretenait avec assiduité. Elles savaient comment allumer un feu, comment réchauffer tout le monde. Ce sont elles qui aidaient à créer les foyers familiaux, à construire les maisons selon certains usages particuliers aux gaulois. Permettant aux corps de se réchauffer et de retrouver la vitalité. Ces Mattres savaient comment agencer une maisonnée, lui donner toutes les vertues.



NB: Mattres dédiées à la création des foyers d'habitation et aux soins aux personnes. Peut être une sorte d'hôpital gaulois car il est question des eaux et du grand

Marais. Ce serait alors une sororité de soignantes.

 

Neton.

 

Neton


C'était l'histoire d'un amour perdu et d'un espoir trahit, tout juste devenu un homme Neton connue un très belle femme, de son âge, ils avaient tout pour se plaire et s'entendre. S'ensuivit un amour unique, de ceux que l'on ne renie jamais. La jeune femme mourut où fût enlevée par la main de ses ennemis qui profitèrent d'une absence opportune du soldat. Neton s'en voulut profondément de ne pas avoir pu la protéger et il promit au ciel de la retrouver. Il retrouva ses ennemis et les provoqua en duel.

Dans la troupe, beaucoup moururent sous les coups rageurs et voyant cela les autres s'enfuirent pour se cacher à l'autre bout de la terre. Neton les retrouva un à un et il les tua tous, arrachant les membres de certains d'entre eux. Certain disent que le dragon l'habitait, la magie lui donna des forces considérables. On raconte en tremblant encore que lors des combats, les cris inhumains et enragés de l'homme devenu dieu s'entendirent à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde et faisait se hérisser les poils des animaux sauvages. Cela se passait ici, sur nos terres. Lorsque sa revanche fut accomplie, Neton remonta le ruisseau où il l'avait rencontré jusqu'à sa source pour rejoindre sa belle. C'est dans l'autre monde qu'ils s'unirent pour toujours.



NB: conte probable, un homme dépassé par la perte de son unique amour se met en marche pour réparer le mauvais sort. Les volontés divines de l'amour en marche. Un couple de jeunes amoureux passés a la divinité. Une histoire moraliste de sagesse qui dit que seul l'amour mérite de recevoir les forces du dragon mais que cela reste inacceptable humainement, dans le monde physique

 

 

 

Nobelius.

Nobelius


Nobelius était un druide qui enseigna les arts de la médecine. Il eut beaucoup d'héritiers de sa matière. 

Il montra aux siens ce que lui même avait apprît des aïeux.

Comment fabriquer une boisson fortifiante qui redonnait la jeunesse, comment et quand aller se baigner dans les eaux primordiales du grand marais pour en retirer la nouveauté. Comment apaiser les soifs inextinguibles et aborder une forme de sagesse. Comment bien se tenir en société en apprenant les leçons de l'îf.



NB: docteur des soins corporels et de la bonne tenue, Nobelius a une forte relation avec l'hygiène en général dans l'étude.

 

 

 

Nodens.

Nodens


Nodens habitait sur la terre des homme, le Bitu. C'était une sorte d'historien qui compilait les souvenirs de ceux qui étaient passés à la divinité. En tant que réceptacle vivant, Nodens devait apprendre par coeur les nombreuses odes racontant la vie des héros gaulois qui avaient vécu sur la terre. De ceux qui devraient plus tard se réincarner. Il compilait donc les vies dans ce que l'on appelait la pierre noble. Pour que ces anciens continuent à vivre dans l'instant présent, dans un corp vivant en attendant de renaitre après leur long périple. Il les gardait donc vivants dans les eaux intérieures se baignant dans la passion et l'envie. C'est grâce à ces ancêtres et l!'exemple de leur parcours que la justice et l'équilibre étaient mis en exergue dans les monts fortifiés. Nodens était l'un de ceux qui avaient été désignés pour garder l'instinct, les acquis légués par ceux qui étaient honorés.



NB: voilà un des plus grands mystères de l'histoire gauloise, les officiants étaient choisis pour leur mémoire. On gardait l'esprit des anciens vivants à travers le souvenir de leur vie apprise par coeur par un autre corp vivant, la pierre noble est la pierre de mémoire vivante. C'était l'un des moyens pour reconnaître les réincarnations. Le concept d'enceinte fortifiée apparaît bien dans l'étude et c'était sûrement une cérémonie annuelle.

 

 

 

Noï.


 

Les pratiques du culte étaient les mêmes un peu partie, les façons de faire, de penser et de croire se partageaient entre les tribus et les clans. Le vieux culte des eaux de lumière existait depuis des milliers d'années, on avait creuser des vasques dans le granit, dégager les mares magiciennes, apprit  à respecter les rivières poissonneuses comme des routes processionnaires. Noï était le dieu des vasques et des récipients de l'eau divine. Il contenait les bons présages   permettait d'accéder au ciel étoilé. Ce réceptacle des étoiles fût célébré en de grandes fêtes réunissant tout le monde gaulois. Chaque instant était unique, chaque personne, chaque animal, toutes les plantes avaient leur moment et leur place dans la vasque.



Nb: Noï était un moment des instants divins et des études astrologiques.