La langue sacrée.




Le language sacrée est connu pour être celui qui traite des divinitées et échange directement avec les cieux. Les gaulois pensaient être contrôlés par des divinités qui orientaient leur actions, la pensée et a fiortiori les mots sont donc particuliers.

De nombreux psaumes, prières et autres poèmes ont vu le jour dans tous les pays et toutes les religions au fil du temps.

La langue gauloise est une langue poétique : ex: "beliassusete" signifie la voie arborée, c'est une idée du professorat.


Les textes traduits l'ont été par des gens qui désiraient au fond d'eux même cacher certaines choses génantes pour la civilisation chrétienne, il vaut mieux les traduire vous même si vous voulez connaître la vérité.


J'ai un peu étudié la langue gauloise qui reste hermétique à nombres de chercheurs professionnels et j'ai pu me rendre compte qu'il s'agissait d'un language trés codifié.

Par le nombre de lignes, de mots et même des associations simplistes mais trés efficaces qui reposent sur les racines premières phonales.


Ésus par exemple désigne un saumon (qui sacrifie sa vie pour renaître à travers sa descendance), Aésus est la divinité de la renaissance et des soins magico-religieux (le rebouteux ancien). Les deux designe "l'avancée".

Zeus (suivez la consonance), est le dieu qui ramena à la vie ses frères et soeurs, Isis (consonance) est la déesse qui ramène à la vie Osiris...et vous pourrez trouver d'autre relatifs dans les autres culture.

Cette racine, ésus est celle qui désigne la renaissance et la transmission de la vie.


Il y a d'autres racines communes avec les autres religions. Mais la langue gauloise ne provient pas du vieux language indo-européen dont tous les francs-maçons font la publicité, dans sa grande majorité ce language est d'origine autochtone.


C'est pourquoi il faut avoir des notions sérieuses de vieux français pour pouvoir l'interpréter.

En fait la langue des druides anciens était manifestement un language construit par les druides eux même, notamment grâce aux contes, légendes et chansons du druidisme antique.

Alors qui aura eut suffisamment d'intérêts pour la faire disparaître.

D'abord l'église catholique, il fallait effacé toutes traces des druides.

Mais il y a plus, les chercheurs ont volontairement passé sous silence leur résultats les plus compromettants. Là encore c'est certainement pour protéger leur culture catholique, leur monde et leurs interêts. C'est compréhensible, tous les grand linguistes ont étaient affiliès au dogme catholique pendant prés de deux mille années et tous sont nés dans des milieux aisés....

De plus, les états eux-mêmes n'avaient jamais pensé à rechercher des traces des langages gaulois pourtant réputés alors que les gallo-romains s'installaient, les barbares avançaient, et les Francs s'installaient dans leur modernité personifiée culturellement plus tard.....les philosophes n'avaient pas droit de citer en ces temps là.

C'est l'obscurantisme qui régnait,... l'obscurantisme et l'oublie.

Pour les plus croyants d'entre vous, je rajouterais que cette langue gauloise, en plus de sa construction chiffrée, possède quelque chose de trés différend avec les langues Celtes pourtant proches, je ne peux vous dire sans trahir son secret que le parallèle avec des éléments spéciaux est ahurissant.

Je pense sérieusement qu'il s'agissait d'un language sacré, que personne ne devait connaître à par les druides et les initiés.

Language courant.

Bien sur, chaque culture a ses mots, sa langue. Elle se forge a travers les échanges courants, et les proverbes, surnoms et autres patronymies sont les racines populaires qui lient un grand esprit commun.

Cela se retrouve souvent chez les gaulois.

Je vous en cite quelques uns.


Celui qui connaît les cents chemins: Se dit de quelqu'un d'eduqué.


Branches tordues : se dit de quelqu'un qui est un peu fou.


Feuille perdue: Se dit de quelqu'un qui perd la mémoire.


Vieux soleil: se dit de quelqu'un d'âgé.




Tous ces mots désignent quelque chose d'humain et sont modélisés grâce aux contacts avec la nature environnante, devenant ainsi comme une nature des choses spirituelle.


Souvent les surnoms prennent naissances au cours de l'année, avec le temps qui s'écoule selon les saisons.


Exemple :uxsa-canus: roseau haut où ande-canus: roseau bas.


Ils sont employés pour les contes et chants.

Le language gaulois, dont est issu la gauloiserie se veut facilement gaie, enjoué où narquois.

Exemple: Daco-uiros: bon homme, où plutôt bon sexe. (Un bon coup)


En oppositionnel aux catholiques, je ne dirais pas: je "crois" ce que je voie...mais plutôt : je comprend ce que j'entend. Car c'est le monde spirituel qui prend le dessus sur les sens physiques, l'invisible est pensée.





Autres exemples:  Dus-celinatia: mauvais présage.


Ex-obnius : sans crainte, hardi.


Agedo-mapatis: visage d'enfant, se dit de quelqu'un à l'esprit simple.


Amarco-litanus: vaste regard, se dit de quelqu'un qui comprend tout.



Lors de vos traductions, n'oubliez pas qu'a l'époque gauloise, le "S" se confond avec le "F" et que le "K,C,Q" se confondent avec le "G".


L'exercice suivant est interessant car il permet de mettre en evidence les bases d'un proto-language.

Racines Gauloises.

Pour bien connaître la culture gauloise il faut connaître les racines complexes de sa langue. (Le gaulois est une langue surtout abstraite, d'une structure particulière, pleine de symbolismes. Vous aurait la surprise de retrouver des sonorités familières proches du français). Je décompte 20% de mots clairements d'origine celte, 20 autres pour cent proviennent plus généralement d'un language indo-européen, 6o% environ proviennent manifestement d'une trés vieille langue autochtone.


Toute tentative de traduction grace à la langue romaine est érronée, elle se solde par un échec où une partie du texte au moins n'est pas correcte.

Les racinnes ici présentes appartiennent à une langue gauloise généraliste car la plupart des tribus utilisaient un argot qui leur était propre.


De plus, il semble bien que les druides utilisèrent un alphabet symbolique de sons, non écrits, en plus du système de glyphes.

Par exemple "M" se rapporte à l'amour, "C" semble désigner la vitesse, "N" a un rapport direct avec l'eau féminine, "S" un recommencement, "D" avec le secret, "R" avec l'air, "L" avec la notion de voleter, "T" le chef, la tête, "G" la filiation, "B" le cercle, groupe, "X" l'être différend, la personnalité, "W" l'origine, "P" la stabilité, "CH"-"F" la vivacité, "Aïos" la suite, ...etc..

Ce qui permet d'avancer dans l'interpretation générale de chaque racine gauloise.


________________

Ex: "SAMO" = "Été" 


"sa"-recommencement_"mo"- amour.


L'été (samo) est bien la saison des amours qui recommencent.


Simple et efficace.

_________________


On peut penser qu'il s'agit là de la contraction d'anciens mots mais je ne suis pas de cet avis, pour moi il s'agit de racines premières de comprehension subconsciente, ça aide, un peu comme dans l'ancien alphabet grec, runique où oghamique mais c'est mieux calculé de par la representation des sens premier.

Si je ne me trompe pas, il devait y en avoir 24, 24 talents animaux.

24 lettres qui étaient formées par la position des étoiles proche dans la ceinture du ciel zodiacal.

Ça correspond au jeu divinatoire gaulois ou l'on jetait de petites branches sur l'eau pour interpréter les symboles qui s'y formaient. Symboles qui existaient aussi dans les étoiles. Ces formations se retrouvent dans les points sur les monnaies antiques.

Le début et le commencement du "lettrage" doit se retrouver au niveau où la voie lactée coupe la ceinture zodiacale, dans le taureau.


_____________________________________





Abal : boule, rondeur.   Alis: le soutien.  Argan:la valeur brillante

Acau: ce qui use.   Amarc: le visible   Argo: le valeureux

Acit: site.   Ambac: entremise.  Arto: la force de l'ours (la griffe?)

Acros: fil tranchant.   Ambio: entourage.  Asse(où Affe): recommencement

Ad: l'avancée.   Ami: aimé.  Ate:démontrer

Aga: appeler.   Aman: période. Anmanbe, de cette période ;  Âtre:reconnu

Adlo: convenable.   An: l'opposé

Adret: le but.   Ans: l'âtre côté (des eaux, la profondeur)

Aedri: chaleureux.   Anauo: inspirée

Aged: aspect.   Anco: courbe

Ago: volonté, décider.   Ànde: très

Agran: égrener, partager.   Anto:marqué

Aïu: longévité.   Anman: nom

Alat: ailé, voleter.  Alisîîa, longue spiritualité, esprit de l'antiquité ; Apeni, dans la vue de ; Api:considéré

Alco: élancée.   Ara: qui a l'air de, ressemble. Aricani, ceux qui exprime la grace ;  Ateri, recommencer ; Auentia: ode, démonstration    auelo: venteux.  Auo: descendre, qui part.  Auhot:créer.  Aunom: nommé.  Ausi : audible.  Autagi: étage, paragraphe.  Ascat:prise. 




 Boduo:blondeur.  Badi:fond.  Bagod:repoussé(e).  Baïto:illogique.  Bal:frotté, abrasif.  Balaro:pic, sommet.  Balco:force vive.  Baline:propreté.  Balma:baigné.  Bena:pointé (pen).  Banuo:vers le bas.  Bardala:le chant légé.  Bard:dicté.  Baro:nominé.  Basco:maillé.  Bâto:traverse.  Bébo: téter, boire.  Bec:becqué.  Beliassu, ce qui est arboré ; Bélat:beauté démontrée.  Belisam:beauté troublante.  Ban:féminin.  Berg:bourg, centre.  Béro:sourcé.  Bessu:coutumier.   Biiet: ce qui est.   Veto: bois.  Billo: bois qui pousse.   Biro: bois court.  Bisso: doigt, petite branche.   Bito: branche éternelle.   Biuito: le haut souvenir.   Bïuio: le destin qui s'écoule.   Blando: doré.   Blaro: pastel.   Blati: tendre.   Bledi: animalité sombre.   Bö: potelé.   Bocca: bouche (voir bec).   Boda: qui empêche.   Bogi: qui perce alentour, éclairage.   Boïos: bois vert.   Bona: bon refuge.   Boro: aimable.   Bost: poignée.   Bodin: qui dépasse.   Bouno: prospèrité.   Brac: résistance.   Bras: mouvement fluide.   Bran: brun sombre.   Brat: menbre, partie.

Brãuo: écraseur.   Bricc: tâché.   Brigg: force défensive.   Briss: emmenée.   Brit: désigner.   Brïua: le support.   Brich: le charme. 

  Bron: téton.   Bud: point central.   Buet: démontrer.   Bouïdo, centre-coeur ; Bul: ballot, grosseur.   Bur: brute.   Bus: proéminence.   But: maison.







Cab: avancer.   Cac: chancre.   Cad: solide.   Caër: pasteur.   Cag: enclos.   Caël: prévision.   Caît: bois.   Calo: bouillant.   Camb: diverger.   Cam: trace.   Cana: première parole(son).

Cant: ensemble chantant.   Cara: capé.   Carb: caisse.   Carm: lieu convivial.   Carn: lieu de la spiritualité.   Carto: couvre-chef.   Cario: jeunot.   Cass: coiffer.   Car: élancée.   Cauo: la vieille parole.   Cax: obliger.   Cèl: assembler.  Cele, ajuster ;  Celicnon, scelle les voix ; Cenc: sillage, ligne.   Cen: long.   Cerd: bien travailler, faire.   Ci: ici.   Ciall: au dessus.   Cico: bonne part.   Cing: avancement.   Cint: premier.   Ciss: assise.   Cit: vivable.   Clad: trancher.   Clé: talus.   Clèt: haie, rangée, clôture.   Cluio, ordination ; Clun: prés enherbé.   Clout: personnalité reconnue.   Knu, Cnu: cueillette.   Cobo: vive.   Coc: cerné.   Coïl: còl.   Coen: paré.   Comru: éduqué.   Conoc: totalité.   Conda: affluent l'influence.   Congo: interprète.   Contis: répéter.   Cori: corp.   Coatt: mal taillé.  Couïn: fiable.   Couïr: solidaire.   Coun: gracieux.   Couce: place.   Craro: vibrant.   Crax: débouttant.   Crèm: aromatique.   Crid: vérité intrasèque.   Crix: dérangé.   Crist: noeud qui recouvre, montagne.  Crouc: amassé.   Caroud, CROUS: sous estimé.   Cuomo, quimo: repéré. Cup: compris.   Curm: homogène.  Cut: bordé, limité.





Dago, droiture.  Dallo, indefinissable.   Dama, costaud.  Dano, administrer.   Dari, exacerbé.   Dasso, colérique.   Dāios, entretenir.   Dec, dizaine.   Deczn, somme.   Ded, donner.   Del, assemblement.   Deri, vue, paysage.   Dessi, consommé.   Deuo, du divin.    Dexsi, bonne direction.   Diac, lent.   Dias, initié lumineux.   Dibi, cloisonné.   Didi, donné.   Doco, document.   Dola, ensemble.   Dono, récipiendaire.   Dori, ouverture, passage.   Dous, prise en main.   Dara, perçant.   Druco, pas bon.   Druis, écoulement.   Druto, commander.   Dubo, profond.   Duci, en plus.   Doug, construire.  Dugiiontiion, construction voulue ;  Dûm, dôme.   Dūno, assombri.   Duxi, apprentie.   






Ebu, plaçé.   Ecrito, maitrisé.   Égi, dispersé.   Éia, elle.    Eïot, protéger.   Élan, élégance, grace.   Élu, tribal.   Éna, qui vient de.   Éni, dedans.   Ente, intériirisé.   Épo, dirigé.   Équo, groupement.   Erco, résistant.   Éri, aire.   Ési, continuation.   Éso, retour, recommencement.   Éti, pareille. Étic, apparaisse ;   Étu, uniformité.   Éïur, bienfait.   Exo, détaché.   Exto, faire valoir.




Fero, Fro, proéminent.   Frut, juteux, saignant.





Gab, brocheté, enfourché.   Gais, embroché.   Gal, gardé.   Gaud, valeur physique.   Ganor, repiquer, revenu.   Garg, force embrouillée.   Gari, crier. Garise, réexprimé ;  Gedo, valeur humaine.   Gena, confluence, lignage.   Gesto, prisonnier, pris.   Gigo, géant.  Gisamo, pérénité ; Gil, blanchatre.   Glana, eaux claires.   Glas, cyan, couleur de la glace.   Gli, collé.   Gnas, reproduit.   Gnilou, a évolué ; Gnat, descendant familialle.   Gnîo, connaissance.   Gob, embouché, expression.   Gort, entouré.   Gran, poussée générale (poils, plantes...etc).   Grauo, grain, granuleux.   Gulb, pointe incisive.   Guss, durable.   Gut, ordonateur.




Ialon: lieu determiné ; Ialis, nuée ;   iaco: clair, ajouré ; ianu: réfléchi ; iantu: desirable ; iaro: la cour ; Iassu, cheminement ; iebe: gaieté ; iebelis: joueur ; iecos: en forme, rapide ; iego: insister ; iemo: rassemblant ; iesti :bien ; ieuru: genérosité ; ievro, avancement ; illobile, reflet iridescence ; îllio: fumée, envolée ;  imbeto: grosse part ; iemmi: appartenance ; incoro: avancement ; induti: informel ; inti: façon ; iorco: cornu ; ioun: jeune ;  in,reproduit ; isar: vivacité ; isun: existant ; iugo: maintient ; iuis: qui reste ; iuto:bouillie ; ixso: filiation.




Labar, raconter;. Ladan, étanche ; ladorecore, emprisonne ; Laga, mélange ; Lagu, impur ; Lama,prise ; Lanci, fendre ; landa, terrain ; Lano, entiéreté ; Lati, global ; Latis, mythe ; Lato, pérenne ; Lauen, justesse ; lautar, polir ; ledgam, suave ; Legasi, apprété ; legui, en préparation ; Legumissina, révasserie ; legilinna, d'un métissage ; Lemo, structuré ; Lergo, regroupement ; Leto, usé ; leuco, flash ; leucuti, notifié ; leuo, glissement ; lexsoui, divagué ; lexis, attirance ; Lica, muraille ; liciat, licencieux ; licina, sortilège ; Lilousi, recommandé ; ilustas, démontré ; Liméon, destructurant ; Lindo, mixture ; Lingo, danser ; Linna, Tapissé ; Liscos, visqueux, indolent ; Lissos, sentencieux ; Litanos, uniformisé ; Litauio, étendu ; Litu, relaché ; iluio, chatoyant ; iliant, façonné ; Locu, inonder ;  Logo, extensif ;  Logat, établit ; Loncate, assimilé ; Londo, emporté ; Longo, vaisseau ; Lonoue, partie ; Lopites, activité ; Losto, bout ; alouerni, resident ancien ; Lubi, adorer ; Lubitias, hymne ; Luco, croquer ; Lucteri, lutter ; Luge, consommer ; Lummo, pas bien ; Luxe, consummer, diverger, lexseté, divergence ; Lunget, replacer ; Lūti, enfoncement ; Lutu, collant ; Luxto, chargement




Macarni, revivifier ; Mader, vanter ; Magal, éminence ; Maget, grandiloquentt ; Mago, grandeur ; Magës, noblieux ; Mallo, malaisé ; Mandu, porteur ; Maniac, suite ; Mano, maniable ; Mantalon, chemin ; Manto, engorgé ; Mapo, bébé ; Mapat, enfance ; Marcos, contrôlé, bridé ; Maros, stabilisé ; Marta, meurtrier ; Marti, froideur-calme ; Maruo, immobile ; Marus, morose ; Matican, levée ; Matir, maternel ; Mati, réengendré ; Médio, centré ; Medu, peineux ; meïo, négligeable ; Mela, collant ; Mélid, mielleux ; Menma, voeux ; Mero, extravaguant ; Mesco, confusif ; Messa, opposé ; Méti, recommençé ; Médi, obscurci ; Milet, cauchemar ; Milo, parasitaire ; Minio, Minutieux ; Moco, salit ; Molat, recouvrir de, honorer ;  Mon, mon ; Mori, oceanique ; Morici, marin ; Moto, viril 




Namant, indésiré ; Namet, renommé ; Nanto, flux ; Nata, enchanté ; Nauso ,Nager ; Néïat, se livrer ; Ned, recommencer ; Nemet, sacraliser ; Nemna, ritualisé ; Némo, océan du ciel ; Népo, enterré ; Nerto, Vigoureux ; Nïno, prolétarien ; Niti, apparenté ; Nitix, assigné ; noïbo, symbolisé ; Nouïo, créé ; Noxt, noctambule ; Nua, réalisement 



Muana, le suivi ; 

Opi, paraître ; 



Papi, chaque ; petamassi, partie complementaire ; 



Retere, filiation ;  regu, orienté ; ris, qui donne l'air ; recuandedo, une marche-un mouvement commun ; 


Sunini, bonté ; sini, songe ; sosin, bonne pensée ; siax, différament ; sunebiti, symbolisme ; sete, voie ; sue, soit ; sendi, façon ; sorei, cheminement ; suanté, bon vouloir ; 




Tali, surfaçé ; Tessi, chaleureux ; tumi, ornement ; tingi, poursuivre ; temuelle, précisément ; Tidres, de trois ; Trianis, triades ; 



Uiro, généreuse ; uelonna, commandé ; uelomni, juste mariage ; 



Vevete, vivant ; vevetin, survivance


Xsi, indifferent