ESUS

Esus


Incarnation du dieu taureau sur le monde du milieu.

 

Avec une grosse hache Esus est représenté coupant l’arbre du Tarvos-trigaranos, le taureau aux trois grues, dans le dédale de la forêt. Nous savons aussi qu’il tenait bonne place avec Teutatès et Tanaris, lorsque les gaulois combattaient. Donc c’est une entité volontaire. Si l’on fait le rapprochement avec Thésée tuant le minotaure dans son labyrinthe, nous pouvons dire que Esus a pris la tête de sa destinée à travers le labyrinthe obscur des forêts en coupant l’arbre sacré du taureau ou les gaulois avait tous l’effroi de se rendre, par peur de se perdre surement et à cause de l’interdiction faite par les druides de s’aventurer loin dans les bois, l’arbre du passage obscur est redouté (c’est peut-être la mort) ; Ensuite le dieu taureau suis docilement Esus en lui offrant les trois pouvoirs du temps (les mattres) et la bonne direction.

 

C’est un bucheron solide qui fait la lumière et les clairières, sans doute un bâtisseur, les maisons gauloises étaient construites en bois.

 

Donc Esus est devenu le maitre du futur et de sa destinée sans fin mais c’est surtout l’interprétation de la maitrise et du bon sens constructeur, il avance frayant son chemin de lumière à coup de hache dans la bonne direction et à travers l’obscur. C’est pour cela qu’il présidait en compagnie des deux autres dieux batailleurs aux combats. C’est un comportement très gaulois, la peur de la mort n’existait pas mais le bon jugement de la situation et de la direction à prendre prenait de la place dans les décisions, très sage pour réussir contre la tempête de la controverse ennemie.

 

Esus est celui qui représente le passage à travers l’obscur, le maitre du noble taureau, le maitre de la vie après la mort, mais surtout celui qui connais la bonne direction à prendre grâce au pouvoir des trois grues du temps et qui vainc l’obscurité à la fin de l’année, le jour du solstice d’hivers ou le soleil reprend sa progression en allongeant les jours. La lumière reprend l’avantage sur la période sombre. C’est la liberté de  créer la nouveauté d’un homme qui accède à un autre avenir. 

 

Le mythe d’Esus est une métaphore poétique de la transmission du sang, des gènes, le noble taureau est sans doute un reproducteur garant de l’avenir. Est-il un mythe proche de Zeus qui se transforma en taureau et emmena la nymphe Europe dans l’île de Minos pour la sauver, réflexion de l’avenir d’un peuple à travers la féminité sacré. Oui, au moins en parti.

 

Le mythe du minotaure est aussi une métaphore de l’obscurité vaincu grâce à un fil d’Ariane représentant le chemin. les femmes sont synonymes de chemins de vie chez les gaulois. Ces deux histoires sont trop semblables idéologiquement pour ne pas venir de la même veine.

 

La forêt du taureau est-elle synonyme de poil pubien au travers desquelles se fait le passage de la vie ? Gauloiserie tout ça.

 

Une métaphore de la vie qui se transmet éternellement, de cycles en cycles.