La Confiance.

Compagnon blanc.
Compagnon blanc.

La confiance.


Très dur sujet, je vais peut être dire quelque d'horrible pour introduire la dualité promise en tout débat : "ne faites jamais confiance à personne, sauf à ceux que vous aimez", j'entends par là "votre cercle de proches" spirituellement et physiquement. Les gens de la vie communautaire.


La confiance s'accorde différemment selon que l'on soit dans le plan de l'aidubno esprit interiorisé où bien sur le plan du Bitu terrestre et physique. C'est difficile à gérer d'ailleurs et les trompeurs se servent de ce flou intellectuel pour flouzer le monde. Nous sommes présents physiquement et nous devons faire attention à nos besoins physiques, nous sommes présents psychiquement et nous devons nourrir nos besoins intellectuels. De la vient le problème car ces deux mondes si différents sont liés par la vie. 


À cela s'ajoute la naïveté de l'âge, la jeunesse, généreuse, étant plus facilement malléable et faible face au mensonge de profiteurs peu enclins au partage où à l'éducation.


Accorder la confiance pour ce qui est de biens physiques au nom d'une fraternité d'esprit pose le problème des besoins irrépressibles de la vie. C'est à dire qu'en fait, sur le plan physique, c'est le calcul vital qui décide, l'intérêt. Tandis que sur le plan moral, intellectuel, nous sommes plus libres d'accorder la vérité à qui nous ressemble, ce plan  psychique est trois fois plus grand que le corp chez nous, trois fois plus important, plus généreux. Hélas cette ouverture d'esprit. Cette générosité, est un gros défaut sur le plan physique car si nous donnons notre confiance à nos voisins  parce que nous essayons de vivre en harmonie, ceux ci se permettront vite le mensonge qui les enrichira uniquement.


Faire confiance au nom des chimères de la fraternité de groupe généraux est bel et bien est une bêtise, une bêtise qui ne devrait pas en être une car en fait, le partage de lois morales constructives de toute sociétés permet tout simplement de palier à ces problématiques. 


Faudrait il encore que ces lois soit suivies par tout un chacun. Hors en matière de druidisme, les lois physiques ont assez peu d'influence sur la spiritualité. 


Donc d'un côté nous avons les besoins physiques et de l'autre les besoins spirituels. La confiance accordée ne peut pas être la même selon ces deux plans. 


Par exemple, vous pourrez faire confiance à vos voisins pour ce qui est de profiter de biens communs, intellectuels. Mais il ne faudra jamais leur tourner le dos lorsqu'il sera question de biens physiques car ils vous trahiront systématiquement. Les belles paroles, les petites et les grandes promesses s'envoleront systématiquement dés lors qu'il sera question de l'enrichissement où de la survie physique. L'humain sait mentir plus qu'aucunes autres créatures, son inventivité en a fait le maître de la planète et son fossoyeur aussi. Lorsque que personne n'a de besoins supplémentaires tout vas bien et comme l'humanité à cette tendance à la conquête du plus encore, tout peut aller mal très vite de travers malgré les belles promesses.


Nous inventons le monde, dans un temps pleins de fluctuations. Le mensonge "en vérité" est le produit d'une  évolution non linéaire qui doit être acceptée et reconnue.

Le temps de notre histoire ne peut pas se calculé sur ce plan physique, sinon pas de surprise, pas de créativité pas d'aventure de vie (pas de vie).


Alors la confiance devient finalement un acte hypothétique.

(C'est dur mais c'est vrai)


Pour instaurer une réelle possibilité de partage loyal, il faut en accepter les règles où les risques au choix. 


Je vais plutôt en étudier les règles, exercice difficile pour un libertariens, mais exercice nécessaire car les risques et les problématiques doivent être circoncises un maximum.


La confiance selon moi se lie et se dénie sur nos trois étages de la conscience druidique: 


- elle peut exister sur un plan instinctif d'animalité instinctive, celui ci on peut le calculer car on connaît les instincts,peu où proue, de chacuns de nos ressemblants, on peut leur faire confiance pour ce qui est de leurs besoins de survie. Pas de surprise, il obéiront où trahiront selon leurs besoins animaux. La dessus vous pouvez les comprendre.


- ensuite il existe les besoins sociétaux, et là cela devient plus difficile car les besoins de groupe n'existent pas totalement dans une société composée de groupements d'intérêts différents. Normalement les lois sont là pour équilibrer les besoins de la société, malheureusement ces lois sont votées par des groupes particuliers et non généraux, donc elles ne sont efficaces que grâce à l'emploi de la force policière, antiquement militaire. La justice de la société s'en trouve déstabilisée moralement.


-Ce qui nous amène à ce troisième plan dit spirituel et moral justement. C'est beau la spiritualité mais la maitrise de celle ci se trouve décriée par la majorité des gens car la pratique de l'esprit ne nourrit pas le corp. Et pourtant c'est la seule solution viable, prouver a tous qu'une entité (appelons cela ainsi) spirituelle peur gérer les problèmes de toute une population en confiance ne se calcul pas, cela se démontre.


Les belles paroles restent des jolies phrases, la maîtrise spirituelle doit prouver et s'engager chaque instant à faire respecter le bon droit, et la parole donnée. Si vous la pratiquez pour le rêve cela ne suffit pas, c'est un bon commencement mais ça ne suffit pas.


On vous dira opportunément qu'il faut faire confiance a la spiritualité sentimentale, argumentant que seul amour par exemple peut engendrer la confiance indéfectible et l'assurance de ne pas être trompé. Mais seulement l'amour intellectuel, psychique. Et c'est vrai pour tous les sentiments primaires. Donner assez de force a une spiritualité pour maîtriser ses sentiments primaires est une pratique de groupe, ce sont des oeuvres divinisées, le sacré entre directement dans la construction des échanges humains. S'il n'est pas présent dans une relation de confiance intellectuelle, elle est où devient irréelle, c'est juste un rêve. Et les rêveurs sont souvent les futurs esclaves des groupes pragmatiques. Donc la spiritualité, l'usage et la reconnaissance du sacré, est une nécessité pour tous les peuples unis. Au dessus de toute considération pécuniaire puisque spiritualiser une loi c'est lui donner la totale maîtrise sur le physique. 

Faut il encore que ce "sacrément" sacré soit bien construit, compréhensible, admissible dans la normalité. C'est le travail de la philosophie.




À développer.



 


Application Concrète Du Prisme.

L'arc en ciel.


Lorsque vous avez bien étudié les 12 pages précédentes, il faudra user d'une grille comme celle-ci.


Attribuait une couleur pour chaque ligne, 12 en haut (lumineux) et 12 en bas (sombre), la convergence de ces couleurs vas vous donner des mélanges, ce sont aussi des mélanges philosophiques puisque qu'il vous faudra mélanger par exemple, la beauté et le devoir.


Ce n'est qu'ensuite que vous pourrez créer la satire druidique, normalement ces couleurs portent les noms de nos anciennes divinités, je vous donnerais cela plus tard.


Ce sont les 12 constellations en deux syllabes, soit 24 préceptes.


Le calendrier de Coligny fonctionnait comme cela.

Avec des petits trous pour y placer les couleurs mais linéairement.

Prismatique en philosophie calculée.
Prismatique en philosophie calculée.

Vous pouvez bien sur en changer les entrées et créer votre propre arc en ciel.