La Beauté.

La beauté


La beauté est l'art d'apprécier ce qu'il existe de plus transcendant, de s'approcher de la divinité. 

Difficile de dire "telle chose est magnifique, tel endroit m'inspire", où bien "cette personnel plaît", parce que nous jugeons ce qui nous entoure par rapport, grâce à ce que nous pensons émaner et être véritablement. La beauté est subjective, elle ne se conforte vraiment dans le monde physique seulement en comparaison d'une autre chose, ressemblante et moins parfaite. Hors la perfection ultime n'existe pas sur le plan humain. Donc la beauté ou plutôt l'idée que nous nous en faisons est subjective, induite par nos apprentissages et notre mémoire bien sûr. 

Vous me croierez si vous le voulez, mais l'image que vous vous renvoyez de vous même ne reflète jamais la réalité, elle y ressemble simplement, fluctuant d'un jour à l'autre. 

Nous aimons nos femmes, nous les trouvons belles parce qu'elles nous correspondent et nous inspirent. Mais la beauté ultime n'existe pas sur le terrain humain car elle est tributaire du temps. Une jeune femme peut paraître dans toute la magnificence corporelle que nous lui attribuons seulement et une grand-mère peut elle aussi donner de l'inspiration à revendre à un homme qui saurais l'apprécier parce qu'il aurait besoin de sa patience où de sa compréhension. Ainsi la beauté peut être charnel où différemment spirituelle.

Ce regard sur le monde que nous donnons est un jugement, une sorte d'envie de perfectionnement où de besoin. Pourtant la beauté du monde en général existe, c'est ce qui fait nous extasier devant de belles couleurs où ....des formes de l'eau. Ce que nous attribuons à ce qui nous entoure nous revient de droit, il est difficile de juger en conscience quelque chose qui n'est pas nous, qui ne nous appartient pas. Ensuite il y'a ce que nous attribuons au divin, la beauté inhumaine, l'envie irrépressible, l'assujettissement au besoin et surtout au dessus de tout cela l'acceptation de ce qui nous diffère. Car avoir envie et apprécier quelque chose vient forcément du cercle extérieur comme un pont entre l'inconnu et ce que nous pensons être.

Des éclats de lumière, des éclaircissements, un objet luisant, sont autant de créations fugaces qui nous inspirent dans l'instant, il faut savoir que si certains sont attirés par ce qui brille, c'est d'abord et en dehors des valeurs attribuées par la société parce que ces êtres où ces objets nous rappellent les formes de l'eau et du temps. Inconsciemment mais tout naturellement nous donnons de la valeur à la vie a travers nos envies. Ainsi si il existe une beauté ultime elle a tout à voir avec des liens sacrés qui nous avons tissé au fur et à mesure de l'évolution. Depuis les tous débuts de la vie non chimique, vraiment indépendante d'un milieu particulier, nous cherchons le mieux le plus supportable dans le pire des cas où bien la panacée dans le meilleur. 

Ce que nous supposons être beau peut dans certains cas s'avérer être un piège posé par une forme de vie différente.

Car oui si nous sommes tous en quête de beauté et de perfectionnement,nous ne serons jamais réellement parfaits sur le plan terrestre. Il en sera toujours des gens qui apprécieront la beauté à travers le mensonge bienvenu ou bien encore pour honorer un égo surdimensionné. C'est bien naturel et ce n'est pas encore la divinité.

Bien manger et bien boire lors d'une soirée par exemple peut nous paraître une des plus belles choses de la vie et pourtant nous n'en avons pas réellement besoin. 

Si nous devions vraiment rechercher la beauté ultime nous la trouverions sans doute au plus proche dans le monde de l'esprit et de l'âme réunis, dans les passions inspiratrices et dans l'esprit organisé le plus proprement possible. 

Ce que l'on apprécie généralement le plus est la santé, la propreté, ce qui possède le plus de valeurs intasèques. Hors il existe des créations en ce monde temporel qui ont vieilli, elles ne sont plus au goût du jour, de la modernité, et pourtant elles continuent à nous porter et à nous inspirer.

Ainsi en va t'il des modes, elles s'attribuent à des époques.

Nous mêmes sommes généralement la encore des attributions d'une époque où d'une autre.

Comment échapper au temps, garder l'envie, savoir encore et encore apprécier? 

Et bien il n'y a qu'une seule façon en cela: accéder à la divinité, entretenir la flamme de nos passions.



À développer.