Noblesse Gauloise Au 21em Siècle.

Noblesse gauloise.


"À force de trop de sérieux on finit constamment par se faire moquer", il est une chose certaine aujourd'hui: l'humanité est encore loin de savoir savourer ses ambitions passées.


Ceci dit, la noblesse se mérite en même temps que la politesse, avec force-respect.


Il est des néo-druides qui pour ne laisser aucunes chances aux autres, vous diront que nous sommes seulement issus de la noblesse de sang. Le petit peuple en bas, le haut du panier à part.

C'est sans compter sur les lois gauloises, car si l'on pouvait accéder au pouvoir suprême à partir d'une base minimale, dans l'antiquité, cela veux dire que toute personne œuvrant à la reconstruction gauloise du 21 em siècle, a le droit d'accéder à sa part de noblesse. 


Aux grandes gueules, les petits mots. Et pour ceux qui oeuvrent, leur part de reconnaissance.


C'est effectivement sur la base de sa participation à la reconstruction de la nation gauloise, que chacun doit se voir reconnaître dans sa part de noblesse par un juste titre d'anoblissement. Cela a toujours fonctionné ainsi et les liens du sang ne sont pas des épreuves formatrices dans la modernité, quelquefois des barrières à la nouveauté et à l'évolution. La seule descendance prévalente chez nous est d'origine divine, hors elle est distribuée à tous les nôtres sans exceptions. À ceux dont le nom s'écrit dans la forme des branches de vie.


Adieu la noblesse du slip dont les plumitifs français se targuèrent jadis en grande envolées.


Donc et pour constituer ma pensée, il doit être évident à chacun dans nos groupes une chose: celui où celle qui ne fait rien, ne possède aucun titre, et aux gens qui se trompent naïvement il y aura toujours un nouvel essaie.

 Des faux aristocrates du blabla nous n'en voulons pas. 


La plume reste aux coqs et non aux roitelets de basses cours.


Les dogmes stupides ont constamment mis en exergues des valeurs de bien où de mal, hors elles ne sont que subjectives. Ceux qui s'appuie sur la tromperie justifiée des valeurs obligatoires, ne connaissent rien a la vérité du peuple gaulois.

Car chez nous la noblesse se pourvoyait en terme de douceur où de brutalité, pas de bien où de mal. Une vérité inébranlable de fait, notre animalité s'étant transposée à travers notre esprit, il ne sert a rien de tricher longuement et de tourner autour d'un pôt vide.

Retournant donc à notre chaudron magique, nous déclinons la noblesse a travers notre force où notre douceur de caractère, dans l'âme et l'esprit, sans autres biais trompeurs et alambiqués venus d'ailleurs.


Ce qui est bien n'est pas forcément bon, par contre ce qui est doux sera de tout temps acceptable, ce qui est fort se fera sans respecter.


Les titres anoblissants ne manquent pas pour notre part, les trois pouvoirs de l'état fûrent bien organisés naguère.

Il en reste une large Panoblie que nous ont rendu les textes.


Qu'ais je dit là? 


"La reconstruction de la nation gauloise".


Cela ne trompe personne et il ne s'agit toujours pas de politique.


Soyons clairs, la corruption des hommes politiques français est tellement vendue  qu'elle empêchera toute salvation Dudit pays. Si demain quelqu'un se lève pour conduire les français sur une voie d'avenir, les responsables corruptibles de droite où de gauche l'en empêcheront pour détourner une part du gâteau. Selon ce que l'on sait, la partie est finie-perdue pour la France.

Ce pays tel qu'il est géré par un cancer généralisé corruptif n'a plus beaucoup d'avenir.


La noblesse de fortune n'a rien à valoir avec celle d'un peuple à la volonté renaissante. Le faux argent amassé ne tient pas les distances, quand bien même existerait il pour de vrai.


Il va falloir commencer à envisager une autre solution, sans ces bandits.

Et moi l'idée gauloises me plaît.


On parle de la noblesse des arts, de certains métiers, alors pourquoi pas celle d'une pensée toute gauloise, partagée.

Par le passé français l'on puis longtemps admirer des hommes et des femmes aux mains soigneuses, s'enfoncer dans les andounna puantes en y entraînant leurs semblables. Pervertissant en tout des esprits pourtant biens nés. Et pour enfoncer l'épingle dans la fange bruyante, ils mordirent et appellèrent les motifs de leurs actions : la glorieuse histoire.

Si glorieux fût synonyme de dur labeur, la noblesse se définit en elle même et avant cela, par plus de qualités ajoutées, en intérêt commun. D'où l'erreur d'interprétation.

D'un côté de la Manche certains jouent au "criquet" quand de ce côté ci l'on puis en voir d'autres faire la "sauterelle". Ce délitement des élites pourvoit à chaque instant une histoire qui se termine sans cesse.

De notre côté gaulois, si la noblesse est dragonne, en force et en douceur, nous ferons attention à ne point dévorer notre héritage spirituel.

Le côté noble chez nous appartient au domaine de l'esprit.

La chair ne l'étant jamais tant.


À dire cela en dissertant de la pureté des âmes, crachont gaiement sur des anges venus d'un autre ciel, laissons les enfants en paix à s'égayer dans la mouscaille qu'ils quitteront bien tôt.

Car la vraie noblesse, celle du druidisme, de ses enseignements est là, toute magnanime en ce que le monde physique puis nous apporter en leçons diverses, indéfiniment.

Ce qui permet de nous élever n'a rien d'enfantillages, c'est ça notre noblesse.

Celle de la compréhension, de la maturité.

Et au "qu'en dira t'on" soulignés de sourires pédonculés on retorquera que chez nous les hommes ne font pas la gazelle.

Car enfin la noblesse gauloise réside dans la force de son  l'esprit et non injustement par des atours trompeurs si prisés autre part, selon des usages déloyaux.


LE lys nous honora de sa grâce bien avant les français, les monnaies nous rendirent dans l'image plus de deux millénaires de noblesse. Peut être quatre milénaires. Peut être douzes millénaires.


Des francs qui heurtent, aux coups d'épées donnés dans un lac incertain d'Europe, nous préférerions d'un geste ample, ouvrir en deux nos vieux nuages. De là se baigner dans la lumière et reprendre notre destinée à travers le sillon de lueurs précises.


 Nous ne devons rien à des rois que des curées pleureuses encensèrent faussement. 


La royauté, s'il en est toujours une, reviendra à ses fondateurs gaulois de pleins droits.

Aux sombres religions chantantes de noires cavatines nous disons "merde", et vaille que pourra. Car la noblesse lumineuse est là, réfutons les trahisons du passé, le peuple gaulois a été, est encore et sera toujours dans la noblesse de l'âme, prévalent sans détours de ses propres décisions. Dans la jouissance vraie de ses prérogatives ancestrales.


Ainsi en a été du panache d'un coq chantant dans la nuit et réveillant son monde, le coq gaulois ne se pavane pas autant que des poulets sans couleurs le voudront devenir.


À preuve de notre avenir, notre ancienneté parlera de nouveau et l'épée de la destinée reviendra à celui qui saura s'en montrer digne.


La noblesse gauloise si autant soit qu'elle n'ai rien à perdre, a tout à gagner en ce monde laissé à l'abandon des perfidies politiques.

Passons donc à la reconstruction, ne laissant aux busards, simplement, les miettes de leur passé.


Aux valeureux peuples gaulois l'on pourra dire toujours : n'importe qui chez nous peut devenir roi, dans le mérite selon la reconnaissance des druides.


Effectivement il s'agit là d'une loi intemporelles toujours en vigueur.




À développer.


Amusez-vous bien.......

Nb: la noblesse de l'esprit s'apprenait avec la spiritualité, et ce sont les druides gaulois qui nommaient les rois, établissaient les lois et faisait oeuvre de justice à l'époque.

Nb2: les notions de biens et de mal fûrent inculqués par le monothéisme, si vous analysez leurs actifs a travers les siècles, on se compte des exactions gratuites, abus de pouvoirs, meurtres et viols sont les plus nombreux de leur côté. C'est d'une évidence complexe mais vraie.


Nb3: les enfants chez nous étaient considérés comme de petits dragon, ils devaient grandir pour acquérir les grâces nobles de la vie spirituelle. Pour d'autres druides celtes ce sont des marcassins, petits sangliers.