Druidesse, déesse et femme.

Elles s'appellaient druidesses, baans où gana.



Le culte druidique antique leur avait donné une place importante à travers le culte des Mattres (où Matres)

La première Mattre représente la passé, elle est couverte d'une coiffe lunaire, la seconde représente le présent et sa coiffure est visible comme on peut voir le présent, la troisième représente le futur et elle est également couverte d'une coiffe lunaire, car le futur n'est pas encore visible.


Le symbolisme du passé, présent, futur avait peut être une valeur féminine chez les vieilles tribus.

Nous réflechissions en terme d'histoire et de route matricielle: la passée, la présente et la future. La mère, la femme et la fille.


A travers le culte de l'éternité de l'âme, la femme druide représente encore une trilogie, mortuaire celle-ci. Ce sont les femmes qui s'occupaient des morts durant l'Antiquité.

La première évoque le passé consommé, la seconde représente le repos et le souvenir des morts, la troisième symbolise la renaissance et la préparation de la prochaine vie du défunt. Pour ce culte mortuaire, l'aigle de la lune noire est un emblème. Elle luttaient contre les mauvaises forces et les sorcières.

Ce sont celles que vous appellez aujourd'hui:"les vierges noires".


Aujourd'hui, ces druidesses se mêlent aux hommes au travers d'un culte commun alors que ce n'était pas le cas dans l'antiquité, Elles se sont émancipées de leurs rôles passés.

Beaucoup sont actives et sont initiées, d'autres se sont auto-druidisées et souvent recherchent un dogme nouveau.

En tous les cas, le culte des baans est basé sur les phases lunaires, l'astrologie, le culte d'Ana, celui des eaux qui donnent la vie.


La plupart des druidesses modernes sont féministes modérées et recherche leur place à potentialité égale de l'homme.

Les Mattres et surtout leur définition de maitresses sur le monde des morts sont justement des émanations cultuelles qui sont égalitaires parallèllement au trio kernunos-Lugus-Donn.


Selon la majorité des druides, kernunos est le principe solaire mâle, le soleil. Lugus est son fils qui représente la lumière du jour. Donn est son second fils, plus proche de Nemetona sa mère, il représente l'obscurité de ce qui n'est pas physique, le monde des pensées.


À cela il faut ajouter le principe féminin, où Nemetunia est la grande déesse mère de la nuit et des océans celestes, Étunia la pleine lune est sa fille qui représente le reflet de la lumière dans la nuit, la seconde fille qui est sans nul doute Morgana, y représente la lune noire, soit la noirceur totale, et peut être la mort physique.

NB: L'étude des dryades grecs nous renseignera t'elle plus sur les cultes druidiques féminins antiques?

7 sulévias.

La mythique Is est la ville des femmes, le terme désigne l'entiéreté d'une vie féminine de sa naissance à sa mort, cela désigne la vie en général. Is qui est aussi Ivis est beaucoup plus connue en France sous le prénom de "Viviane", où "Anne" la patrone des femmes magiciennes. Cette enchanteresse a laissé son nom à des villes comme "Veuvre" où "Vouvray" et est connue sous la forme d'un mythe où la beauté, l'amour et la mort se mêlent, celle de la vouivre. L'histoire des hommes qui rencontre la femme fatale à laquelle aucun ne peut résister. Une histoire transcrite sous une forme fantastique, elle a traversé les millénaires.


Ce qui m'emmène à dire que Viviane est une des sept Sulévias c'est que des routes mènent à ses villes, ce sont les cents chemins de la vie chez les gaulois. Et cela voudrait dire aussi que nous pourrions retrouver les 6 autres sulévias en comparant les noms approchants des villes et villages de France. Les six côtés merveilleux de la magie féminine, nous avons Ivis, la vie en général, nous avons Viviana, la femme fatale, les six autres pourraient être: 

la femme douce (Épona?), la femme mère, la femme guerrière (Andartae?), La femme compliquée, la femme enfant?????

Il faut chercher en ce sens, je suis sur que ce sont les voies des sept sulévias.

Ce qui vas nous faciliter les choses c'est que ces 6 femmes mythiques ont donné leurs noms à des endroits différaments regroupés dans la géographie des Gaules. Viviane, veuvre, vouvray d'un côté, une autre ailleurs...jusqu'à la sixième route des fantasmagories de la magie féminine.

Mais réfléchissons un peu, la femme est route, magie des eaux.....leurs noms correspondent peut être à des rivières?


J'ai étudié les préfixes du nom des rivières et justement ils s'en retrouvent 7 qui reviennent sans cesse. Premières lettres:


A..B..D..L..O..T..V


Le V correspond à Viviane.


Le A se prolonge le plus souvent en "Argan" (Aragania? Le Rhône?)


Le B se prolonge le plus souvent en "Bri"

(Brigania)


Le D se prolonge le plus souvent en "Dou"

(?, Le Doubs)


Le L se prolonge le plus souvent en "Liden", "luten",

(Litania? .?)


Le O se prolonge le plus souvent en "Orn"

(Orania? La Garonne?)


Le T se prolonge le plus souvent en "Tauïr"

(Tarnia? Le Tarn?)


Si je ne m'abuse cela doit correspondre à 7 grands caractères des rivières et fleuves gaulois, une idée à creuser.


Je prend la liste des noms de personnes retrouvée dans les inscriptions et je tombe phonétiquement le plus souvent sur 


Arda où Artila: (Andarta)


-La femme guerrière


Bergusia: (Brigania, Brigitte)


-La femme soignante


Diuina: (Dauina, Diane)


-La femme chasseresse


Lauena: (Lana, Litania)


-La légèreté toute féminine


Orcia: (Orgesa)


-La femme des valeurs terrestres


Tauïrona: (Thirona, Tania)


-La femme qui commande



Quand on les connait bien on se dit que ce n'est pas faux.


Maintenant recherchons le caractère de l'animalité de chacune.


Andarta, Artila fait reférence à l'ourse.


Viviane, nous savons qu'elle a un rapport serré avec la vouivre, le serpent femelle, le reptile. Regardez un serpent femelle dans les yeux immobilise.


Lauena la légère doit être un oiseau, où la renarde.

Brigitte est une gardienne protectrice, un coquillage peut être, un castor où une louve, on ne fait pas mieux en matière de protection.


Orgesa, orcia, argentia, la femme qui aime briller, un poisson, on l'appelle aussi "la rivière d'argent".


Tauïrona, doit avoir un rapport avec le tonerre et les nuées, les nuées d'oiseaux migrateurs.


Diuina, la divine.....la biche.




La méthode est empirique, je dirais que les résultats sont proche de la vérité. 


Les sulévias sont les déesses-reines des chemins vitaux, on connait Viviane, Diana et Brigania comme des fées, les 4 dernières doivent être des fées aussi.


Nb: Diuina est certainement la déesse qui donna son nom aux Ardennes.








Nb3: d'après l'imagerie du chaudron Danois, la roue temporelle féminine et en lien avec la lune serait basée sur un calcul de 6 unitées par cycle, ce qui correspond aux "lustres"de cinq ans.

 Le stylisme du chaudron est gaulois comme le calendrier de Coligny (30 ans).