ROI dieu-centaure et les chevaliers du graal

Dieu-roi et centaure
Dieu-roi et centaure

 

 

 

 

Il regroupe à lui tout seul plusieurs images et est constamment en relation avec Rudiobos Le cheval divin dont on voit partout l’image sur la plupart des monnaies (et dont on a retrouvé le nom sur une statuaire en bronze), l’âme d’un fantôme qui se réincarne, trois animaux de l’obscur qu’il combat tous ensemble et donc pour finir la forme final du centaure. Certainement l’incarnation, la partie divine de Lug qui est représenté tricéphale.

 

L’hippocampe que l’on retrouve aussi sur les monnaies à une forme stylisé qui rappelle le cheval de mer mais aussi la forme d’un dragon fumant dans un milieu aquatique.

 

Quasiment toutes les monnaies comporte le cheval sacré, Rudiobos, en action de combat, de course et même avec des ailes ou d’autre animaux sacrés, jamais en posture immobile. Des flammes entourent son avancé, de même que des traces profondes. C’est un cheval de feu et de combat. Il est appelé aussi Rudos : « le rouge ».

 

Certain de ces numéraires comporte le graphisme d’’un être qui a l’air de volé dans les airs vultueux au-dessus de Rudiobos comme un fantôme, le cheval prend la forme de la tête du fantôme sur d’autres monnaies, celui-ci ayant l’air de le survoler en tenant ce qui ressemble à une couronne, le trèfle, symbole des rois avant le lys, est très présent. D’autres pièces montrent un centaure combattant.

 

Certain chercheurs se demande encore ce que veut dire la maxime : « Que je sois chevauché »(marcosior maternia), trouvé dans certains sites, gravé dans la pierre. Certains gaulois se comparaient au cheval de feu investit de l’âme d’un roi réincarné ou d’un dieu.

 

Le nom sur ces monnaies change et appartient toujours à un roi qui les a émises, existait-il plusieurs roi-dieu en Gaule où bien un seul pouvez être investit à la fois de ce titre à travers toutes les Gaules ? En faisant le roi tout puissant de toutes les tribus gauloises et de tous les autres rois. Il faudrait pouvoir dater exactement les monnaies retrouvées pour cela. Prouver ce fait corroborerai l’idée que la légende d’Arthur le Lion nous viens des temps les plus anciens de notre civilisation gauloise et française. Un roi des rois.

 

Partant de là, et sachant que les gaulois avait la croyance d’une vie après la mort, ainsi que l’idée que certain êtres pouvaient devenir des dieux, et en l’occurrence surtout les rois puissants. Je crois pouvoir affirmer que ces scènes décrivent la réincarnation des fantômes des régnes passé, par la possession du cheval de feu, un nouveau corps, devenant ainsi des centaures, dieux-rois sur terre mi-hommes, mi- dieux, mi- chevaux. Le fameux casque ailé était attribué au chef divinifié, une armure d’exception devez l’accompagner.

 

Vercingétorix avait pris la tête de toutes les tribus gauloises mais s’il a existé une armure spéciale dédié aux rois-dieux, je ne pense pas qu’il la rendit à César lors de sa reddition. Des pièces tel qu’une épée et une torque ont été retrouvées dans différents endroits et porte toute la marque du cheval divin……….

 

Il existe une sculpture d’un dieu tricéphale, dont on ne connaissait pas le nom et la fonction jusqu’à présent, c’est la représentation des deux parts de l’évolution humaine qui tendent vers le divin où l’animal.

 

La légende du roi Morvan en Bretagne ainsi que celle des quatre frères Hémon, cavaliers qui cumulent les aventures pour venger l’offense faite à leur père sont de très vielles légendes en relation directe avec le centaure. Le cheval est systématiquement associé à la part divine de l’être.

 

Les écrivains grecs antiques parlaient de contrées envahies par des hordes de centaures, précisément, les Gaulois envahirent ce qui est aujourd’hui l’Asie mineure, la Turquie d’aujourd’hui, en 300 avant notre ère où ils fondèrent la Galatie.

 Le centaure Chiron était fils de Chronos, donc transposé à la mythologie gauloise, le roi centaure immortel est le fils de Kernunos.

 

Les guerriers

 

La guerrier gaulois était complétement dans l’appartenance au chef, dévoué jusqu’à la mort mais aussi après. Si un chef se faisait tué, tous ses hommes allaient à la mort pour le suivre. Certaines batailles attestent de l’exécution de cette obligation morale. On sait aussi que certains gaulois n’hésitaient pas à se projeter dans le grand brasier qui incinérait le chef. Cela indique clairement la divinisation du Roi-Dieu.

 

Tous les gaulois, hommes, femmes, enfants et vieillards ont une éducation guerrière, comme à Sparte la grecque.

Un trait particulier des tribus gauloises veut que l’on ne se mette à genoux devant personne, c’est considéré comme une faiblesse et une avanie.


Chez les gaulois, la mort n'existe pas, et la faiblesse est désavoué.

Lorsque Vercingétorix se mit à genoux devant César au bout de sept années de détention pour l'affaiblir moralement, il lui donna sa faiblesse, pas son appuie, c’est pour ça que César le fît égorger sur place et lui faire payer l’injure publique.vercingetorix savait qu'il provoquerai sa propre mort en agissant ainsi. Il ne demanda pas sa grâce et mourût maitre de son destin sans avoir fait allégeance. Une autre guerre avec les tribus gauloises débuta alors.

L'allegeance aux armées ennemies ne fait pas parti de la culture gauloise. Ce fût malheureusement le cas de nombreux celtes qui furent protégé par Rome.

 

 


 

"Chevaliers du graal, la longue lance a vaincu et l'épée lumineuse de la destiné taille un passage à notre avenir commun, chaque jour, un centaure nous rejoindra. Un seul d'entre nous suffirait à gagner la bataille." Ode à Vercingétorix. Les chevaliers français qui existèrent par la suite au moyen-age devaient bien des usages à leurs ancêtres les gaulois. L'un d'entre eux voulait qu'un seul chevalier pouvait s'élancer contre des centaines de ses ennemies et provoquer l'effrois parmis  eux. C'est un des traits particuliers de Teutates.

Cet usage fît perdre beaucoup de batailles aux gaulois qui se battirent pour beaucoup individuellement de toutes les autres tribus à un contre dix avec les romains.

 Technique courageuse mais suicidaire.


Aujourd'hui les chevaliers gagnent leurs combats par la plume et toujours par l'esprit, cela occassionne moins de pertes et plus de personnes gagnées à leur cause.