Matunos.

Matunos


Il y avait un endroit et un temps pour tout, et aussi pour les réveils matinaux. Une histoire entre l'ours et le poney advînt aux aurores, l'un s'éveillait tranquillement en regardant le ciel tandis que l'ourson affamé par une nuit sans manger le regardait avec envie.

Le discours de l'ourson, dénommé Matunos, le gourmand, était maladroit en début de journée comme toujours. Il demanda au poney où se trouvait sa nourriture et s'il voulait bien la partager. Et le poney lui répondit en admirant les lumières que sa nourriture du matin se trouvait dans les promesses du ciel.  L'ourson ne le crû point et fît le tour de la meule de foin pour y chercher de quoi se rassasier. 

Le poney lui dit alors: "ce que tu cherche à engloutir avidement pour débuter la journée, moi je n'y touche pas en attendant que le jour s'établisse". Mais quelques années plus tard, on fût bien obligé de constater que si le poney n'avait pas grandit, l'ours lui était devenu grand, plein de vigueur et d'envie.

 C'est depuis que pour faire grandir les enfants, on leur raconte l'histoire de l'ourson gourmand et du poney. 



Nb: parabole de la jeunesse gourmande et de la cérébralité rêveuse, détachée. On doit être assez proche de l'ancien conte. Phonème caractéristique entre le gaulois "Matunos", gourmand, et le terme français "matin", de celui qui vient au matin, dénotant l'envie de vivre physiquement et de manger pour grandir, cela correspond à l'envie matinale.

Il a dû existé une autre parabole comparant la maison gauloise, la chaumière, et la meule de foin qui apparaît dans  certains mythes