Luxovios.

Dit aussi en Francais : "le jugement d'Ovios", la justice de l'îf. Luxovios est aussi incarné par un unijambiste, ceci parce que la justice repose sur un seul socle, un seul pied. Les baies de l'îf servaient à concocter un poison puissant et létal, avec les noyaux de ses baies. Luxovios était celui qui accomplissait son devoir en infligeant les peines, quelquefois des peines mortelles. C'est l'archétype du bourreau. Lui aussi avait fait le serment, juré fidélité, promettant de ne pas faillir, c'était une divinité du monde des humains, le "Bitu". Et c'est seulement là qu'il accomplissait son travail. C'est lui qui choisissait les dates, les endroits et les manières de rendre la justice, une justice militaire surtout. Car il existait en plus et différemment la justice des femmes et des druidesse. Luxovios menait au bord du tombeau, il prenait en charge le voyage des condamnés. Malgré sa sinistre réputation, le bourreau appartenait au monde de la lumière, il était nécessaire et finalement protégeait l'avenir des sociétés. Il infligeait trois peines dit on :


Il s'infligeait la première peine à lui même, prenant sur lui la charge des faits qui avaient été jugés.


Il infligeait la seconde peine au condamné, mortelle, à l'instant cruel de la punition.


Il infligeait la troisième peine à tous ceux qui auraient pensé plus tard commettre l'acte impardonnable.


A l'époque gauloise les condamnations et les peines infligées étaient rendues publiques, et peut fût il obligatoire d'assister aux punitions.




Nb: la justice de l'îf, qui est considéré comme un arbre immortel, était normalement accomplie par des instances militaires. On sait que les équites étaient chargés de cela, je ne pense pas qu'il exista à cette époque ancienne d'hommes en armes appartenant à la société civile.