Ilemberris.

Ilemberris.


À chaque clairière était son roi, c'est cela que racontait l'histoire d'Ilemberris. Et comme pour chaque clairière sacrée, le régent en question était un cerf couronné de sa ramure imposante. Le cerf-roi possédait de nombreux sujets dont le tournoiement, autour de l'arbre central, augurait des évènements de la journée. Son surnom de "Main d'orme" lui venait du fait qu'il tenait son monde en respect, et ses belligérants savaient d'avance qu'il ne serait pas facile de détrôner le grand mâle. Il était l'archétype du père et de l'adulte commandant, se réservant tous les pouvoirs sur la vie dans la clairière. Elemberris eut beaucoup d'enfants, et il fut un patriarche aimant. Le dieu en question s'intéressa plus aux hanches des femmes qu'à la bonne noblesse de sa cour.

C'était un bon père mais un peu trop volage, il y eut comme on pouvait s'y attendre un grand nombre de demi-soeurs et de demi-frères dans cette tribu là, qui bien sûr avaient hérité de la passion du changement d'Elemberris. Beaucoup d'entre eux partirent sur les chemins inexplorés, en dehors de son influence parentale, et ils s'établirent aux quatre directions.



NB: toujours les histoires de la clairière sacrée, et toujours les histoires de la tribu des cerfs. Trés importante dans la mythologie gauloise, l'animisme y jouait un rôle prépondérant, c'est manifeste. Là encore il doit s'agir d'un titre donné à Adamos, le cerf blanc.