Oxouna.

Bien sûr les tribus se visitaient, les routes s'étaient traçées en suivant les étoiles les plus brillantes. L'une d'entre elle rejoignait Burdigala à Lutèce en passant par les territoires Lémovices, à la limite des terres Turones, et suivant des bourgades implantées le plus souvent au bords de rivières que les nymphes habitaient. C'est ainsi que les échanges et les trocs devînrent un mode de culture. Sur cette fameuse et grande route, on avait installé un lieu de dévotion à la déesse Ouxona. À Argentomarus, la ville aux reflets d'argents. Ouxona offrait la renommé, la propreté et la santé, ses eaux venaient directement des ruissellements pluvieux. Sa pierre de nommait "Oxa", la brillante, c'est un schiste amphibolique bleuté, aux reflets argentés. Elle désigne une qualité supérieure. Les marchands qui passaient par là l'appelaient "pierre de la richesse" et elle faisait l'objet d'un petit rituel sacré qui consistait à mouiller la pierre pour être honoré des reflets du ciel. Oxouna la pure faisait les différences et inspirait la confiance. Les marchands s'arrêtaient souvent à sa fontaine pour y faire leurs dévotions.




Nb: les pierres bleue aux reflets mouillés et lisses sont trés sacralisées au moins depuis l'installation de Stonehenge où les gens venaient déjà il y a 4500 ans chercher des petits bouts de pierres bleutées.

Ce mythe d'Oxouna, aussi appelée Uxona m'a l'air de venir de bien loin dans le passé.