Uirona.

Les enfants de la forêt se déplaçaient aux grés de leurs envies et de leurs besoins. Des familiers s'échangeaient ce qu'ils pouvaient, mais les groupes, les vrais groupes n'apparûrent qu'à un moment précis. Quand Kernunos décida de descendre sur le pays gaulois. C'est un sanglier énorme qui sorti du bois, et ceux qui vivaient là eurent l'idée de s'organiser en groupe tribaux autour de l'animal sacré. Ils fîrent d'ailleurs l'emblème de tous les chefs de ce sanglier d'or.

Et Teutates donna de la voix, il s'unit d'habord en tout amour avec la reine des mers, Mori, la mémoire.

Ses premiers mots  donnèrent la vie à une princesse de l'esprit. Elle s'appelait Uirona, la claire, celle qui donnait forme aux esprits.

Uirona  rassembla les gaulois à maintes reprises, je pense d'ailleurs que c'est elle qui rassembla tous les groupes tribaux de cette époque. Pour ce faire, elle utilisait une magie bien connue, la magie des signes gravés sur des galets.

Elle s'installa chez les Sénons, Sénones et devint leur déesse tutélaire.









Nb: "Uirona" en gaulois signifie "certitude", les symboles gaulois sont des glyphes que l'on appelle : "les certitudes". Qui se prononce également "Virona". Là vous allez trouver des choses.

On la retrouve dans l'Yonne sous le nom "Icauna" qui a dù se prononcer en fait "Icovna", l'Yonne. Son nom moderne est rendu en français comme  le mot "îcone". Sa fontaine, d'origine clairement gauloise possède huit faces, elle servît à tracer les lettres de diverses nations. Vous retrouverez ses eaux à travers une interprétation chrétienne qu'ils nous ont prise, dans un bassin où se pratique ....le baptême, c'est a dire le moment où on donne un nom à quelqu'un. Encore d'origine gauloise.

Les celtisants se la sont appropriée indûment sous l'appellation "icovellauna". Mais ce n'est pas du tout une déesse celtique, c'est bien plus vieux. Viking peut être ???? Goïdel sans doute.





"Mori" est effectivement un mot gaulois qui désigne la mémoire du passé, côté féminin,  en français, "là où finissent et ressurgissent toutes les eaux". Morigana.





La première certitude de nomma "Médul", elle appartient aux tribus Méduli, c'est là que se regroupa la tribu du milieu, au bord de la mer où naquit Uirona. Une plage où l'on trouve de bien curieux galets colorés de rouges grenats.

Cela se situe exactement sur la commune de "Soulac sur Mer" en France, vers la pointe du Médoc actuel. À mais je ne vous avais peut-être pas avertis, "Gaulois" et "galets" proviennent de la même veine étymologique, la vraie. Ils en ont gardé le caractère d'ailleurs, doux, polis, patients, durs et résistants.


Cette première pierre d'éternité, un grenat, s'appelait "Médul", middle en anglais, le milieu.


Il y a également une côte d'émeraude, une côte d'Opale, la côte d'améthyste, vermeille, et plus..


Sur la côte d'Opale se trouve une pierre que l'on nommait "calete", le sabot. La deuxième certitude qui défini l'avancement. Et c'est véritablement surprenant d'entendre ces milliers de galets s'entrechoquer dans les vagues en faisant les bruits des sabots de chevaux. D'ailleurs, la tribu qui vivait là-bas s'appelait les "Calete". 

Le nom de cette seconde pierre d'éternité est "Calet". Qui donna son nom à la ville de Calais. Et aujourd'hui encore ils font beaucoup de bruit, de vrais fêtards. Ça, ça n'a pas beaucoup changé avec le temps.

Le nom d'un gâteau célébre vient de chez eux.



Une troisième "certitude" se trouve sur les plages du sud. Chez les Salluviens, on trouve sur la plage dite "plage de la Salis" une sorte de galet au teint trés clair, ensoleillé. D'un jaune clair. Son nom est "Salis", celui qu'on voie de loin, il désigne la clarté.

C'est donc la troisième certitude.



Du côté de la tribu des Rutènes, dans la rivière, on trouve une autre pierre rougeâtre  de Uirona, elle se nomme "Rudis". Et c'est elle qui a donné son nom à la ville de Rodez.

C'est la quatrième "certitude", que les vikings eux dénommaient "runes".


Il se disait que toutes les certitudes finissaient par s'émousser, qu'il y en avait toujours de nouvelles pour remplacer les anciennes.


Chez les pictons, c'est "Pécia", dite la forte. On la trouve sur la côte surtout, elle servait à construire des choses compliqués, c'est dans sa forme qu'elle démontrait ce qu'elle est, la pierre de la forme. Elle est beige.



"Liga" est une certitude de Uirona aussi, on la trouve chez les Lingons auxquels elle donna leurs patronymes. On l'appelle pierre de la conservation, et à l'intérieur de trouvent de nombreux fossiles magnifiquement préservés.


Chez les Osismes, "Osismes" veut dire "terminal", dans un endroit que les bretons appellent "le bout du monde connu", sur la côte où les falaises s'effritent facilement. On trouve la pierre de lœss. Une pierre trop tendre pour résister aux éléments déchaînés qui justement a donné leur nom aux Osismes, les ostimes, les ultimes. "Ostim" en gaulois signifie bien : "la fin"

"Ostimio" est le mot gaulois qui s'est transformé en un français "ultime".

Cette septième certitude se nomme donc "Ostim".


Une tribu des Gabales existait dans le sud montagnard, c'est là que l'on trouve la pierre de la prise. Elle se nomme "Gabal".


Chez les Eduens, il y a sur l'ancien oppidum une pierre trés spéciale. On l'appelle "pierre de la wivre", son nom de galet était "Édui", qui définit l'aspect sombre de la spiritualité, ce doit être la pierre dite de la mémoire, la pierre des secrets religieux aussi.



Uirona distribua les pierres de certitudes à toutes les tribus gauloises, et chacune y calqua son nom. Ces pierres qui devaient rassembler les tribus sont à l'origine de ....la langue gauloise. Et ceci est un véritable mythe que se racontaient nos aïeux, je vous assure que c'est la vérité.