Tolosendosus

Il y a des pays plus agréables que d'autres, et encore, le plus souvent le montagnard ne supporte pas la plage.

Le territoire des Tolosates a toujours été béni des dieux, le climat y est doux, le plus souvent agréable. Les habitants de ces contrées sont des penseurs et des poètes dit on. Ce n'a pas toujours était ainsi, il y a longtemps de cela, c'est la frivolité, l'inconscience et la suffisance qui les animaient. Et puis un jour, voyant que les Tolosates ne prendraient jamais le chemin de la spiritualité, la grande déesse des océans célestes se fâcha, lentement, en toute douceur, elle envoya Tolosendosus sur terre.

Tolosendosus, le Titan.

Au loin d'habord, du côté de l'ouest, les gens virent une vague immense se lever, quelque chose qui dépassait l'imagination de par sa grandeur. L'écume de ces flôts montait jusqu'au ciel et dans ses lents soubresauts, elle mît plusieurs heures à s'approcher. 

Le soir, Taranis fît son apparition, l'orage fût dur, on l'entendit depuis les contreforts pyrénéens jusqu'aux basses plaines de Garonna. Les gaulois eurent peur pour la première fois de leur vie. Un déluge s'habatit sur les plaines ordinairement si calme, qui dura deux heures. Le soir approchant, le Titan fît son apparition, un brouillard épais recouvrit le territoire des Tolosates. Le brouillard est bien particulier là-bas. Les gens ordinairement tapageurs se séparèrent. Il venaient de se perdre dans le royaume de la spiritualité, chacun de son côté, seuls.


Recouverts par les océans divins, ils se cherchèrent, aucune personne ne sait vivre seule chez eux, ils ont toujours eût besoin les uns des autres pour se mouvoir. Les premiers appelaient dans la brûme:"hooohoooo où ètes vous?"

"Hoohoooo, qui ètes vous ?" répondaient les autres.

Et personne ne se croisait.

Les échos pouvaient porter loin dans ce brouillard, et rouler sur des kilomètres et des kilomètres dans tous les sens...

Alors et pour la première fois là encore, les humains s'assirent par terre, et ils commençèrent à penser vraiment. Avancer dans le monde physique ne menait nul part les jours de brouillard.

Cela dura jusqu'au matin, quelques heures, presque une éternité pour celui qui réfléchit.

Toute cette raisonnable emprise de Tolosendosus leur avait apprit à .......raisonner.

Le lendemain, Lugus déchira les voiles sombres qui recouvraient le pays. La lumière jaillit. Mais les habitants avaient bien changé, ce n'était plus un comportement de gamins morgueux qu'ils arboraient, ils restaient pensifs. Touchés par la main du colosse qu'on appela "celui qui démontre sa pensée", le dieu des ferveurs. Dans la nuit, grâce a tout les échos, il leur avait apprit à chanter aussi. Et à bien chanter encore, à chanter seuls, a chanter ensembles pour démontrer leur ferveur en ce monde. Et puis il y avait autre chose qui avait changé pendant la nuit, les eaux avaient raviné et creusé le sol profondément par endroit, depuis la capital Tolosa, jusqu'aux plaines les plus à l'ouest du Gers. Et partout on trouvait la preuve que les océans célestes avaient baigné l'endroit durant des heures, des millions d'années, pendant la nuit. Des coquillages marins jonchaient le sol, certains fossilisés, d'autres pas. Les Tolosates se firent des colliers avec ces coquillages, c'était leur pierre de certitude à eux, la pierre de la ferveur.

Depuis lors et aujourd'hui encore, ils aiment beaucoup réfléchir par là-bas, on trouvera de grands  poètes chez eux.

Cette pierre de certitude se nomme "Talos", on dit que c'est avec elle que les druides mesuraient l'univers.







Nb: Tolosendosus signifie " celui qui montre sa pensée émouvante", c'est le dieu des ferveurs.

Le mot qui nous vient de cette époque Tolosates, est "le talent" en français, "Talo" est aussi une unité de temps, c'est la seule pierre qui permette de mesurer l'univers avec ferveur, un petit coquillage.