Sirona.

Et les hommes savaient que les dieux ne leur parlaient pas, bien trop hauts placés dans les mondes divins. Pourtant, une femme mi-déesse et mi-humaine avait acquis la science des eaux de lumières. Elle parlait avec les étoiles. Ses chants litaniques pleins d'une langueur inhumaine faisaient rêver les gens. On l'appelait Sirona qui provoque les songes. Ses enchantements fûrent puissants, ses prières astrales devaient envoûter tel un torrent emportant le passé avec elles. De ces moments tardifs, le cheminement intérieur initiait ses histoires. Les serpents étaient lâchés, sortants du cœur du monde. De noirs reptiles soyeux qui honoraient les deuils où abondaient en passions inhumaines.

Les nostalgies emmenaient vers des résiliences tranchantes, Sirona inspirait les hommes, coupait les liens du passé. Les soeurs la célébraient elle et ses pouvoirs prédominants sur les désirs. Collant leur magie au travers de leurs corps, propageant une odeur énivrante chez les tribus Bituriges vivisques.





Nb: D'après ce que j'ai trouvé, Sirona était une magicienne célébrée par des sororité. Sa pierre est le charbon:"langueurs", son nom "Siros" évoqué la pierre des songes vécus, le fantasme.

Je n'y ait pas cru au début et pourtant Sirona est une ancêtre des sirènes, tout correspond.