Matos et Abala.

Le roi Matos dormait depuis longtemps dans sa caverne quand l'air enrichi des saveurs du printemps vînt à l'eveiller. Lourdaud de nature, il se leva maladroitement pour aller voir ce que le jour lui reservait. A l'entrée de sa grotte régnait un maelstrom odoriferant qui lui titilla les narines, il se souvint soudain qu'il n'avait rien mangé depuis des jours, peut être même des mois.

Cet homme abrupte se précipita vers l'exterieur verdoyant avec la ferme intention de trouver d'où venait ce bonheur qui emplissait l'air, c'etait comme la douceur d'un chant. Il n'eut pas a chercher bien loin, sur les bords du chemin, d'étranges arbres semblaient lui parler. Se rapprochant de sa demarche d'ours mal léché, une etincelle luisante accrocha son regard, c'est là qu'il rencontra Abala, une déesse de la beauté feminine. Ses rondeurs lui firent aussitôt envie, le corp de cette dernière luisait de reflets soyeux.

S'approchant donc, il posa la question qui lui brûlait les lêvres:

"Par tous les dieux, qui est tu jeune femme?"

La déesse sourit encore et affirma sans ciller qu'elle était la divinité qui éveille les âmes courtaudes. Qu'elle venait du ciel et que le temps était venu pour lui d'apprendre ce que l'arbre de la connaissance lui réservait a l'avenir.

Matos gronda: "j'ai faim, je n'ai jamais eut aussi faim qu'aujourd'hui!".

"-c'est exact, murmura la beauté personifiée, et cette faim là te reviendra souvent maintenant que tu m'a rencontré.

Ce que tu voîs n'est que ce que tu en pense au fond de toi. Mes rondeurs, mes couleurs ne sont qu'un avant goût de ce qui t'attend. Certains disent que c'est une malédiction que la gourmandise mais toi tu es fait pour incarner les fruits de ma beauté jeune gaulois"

Matos se jeta sur elle.

Aussitôt, la déesse se transforma en un fruit nouveau, de ceux que vous les humains, vous appellez la pomme. Le gaillard pris le fruit dans ses grosses mains et le croqua a pleines dents. Sa vision se remplit de couleurs, ses sens le transportaient d'aise et il n'eut plus conscience de l'endroit dans lequel il se trouvait....

Il se réveilla plus tard au pied du pommier, la déesse avait disparu, l'homme regarda tristement autour de lui. Il réalisa soudain que le sol était jonché des bontés d'Abala. 

Des pommes, il y avait des pommes partout autour de lui. Ses lèvres se redressèrent devant cette mâne divine, il souriait avidement. 

Lorsque la nuit tomba, il rentra dans sa caverne solitaire et pensa au divin banquet qui lui avait été offert.

Par la suite, Matos retourna souvent a l'endroit de ses premières amours, et il revît la déesse une où deux fois.

Lors d'une discussion, elle lui appris qu'il ne fallait jamais manger toutes les pommes qui lui étaient offertes, c'était au risque de ne plus jamais la revoir. Il s'en tînt pendant des années a ce sage conseil mais un jour, la gourmandise pris le dessus et il croqua tous les fruits qu'il trouva. Depuis cette date, Matos le gourmand fût malheureux de ne plus trouver le pommier sacré....il ne rentra plus jamais dans son repaire, ne sachant plus où pourrait bien se trouver son bonheur.

Depuis cette date où il rencontra Abala, il décida de donner son nom à ce jour de l'année, c'était le dernier jour du mois de Cantlos, le 29 em precisément.