La Vouivre.

La vouivre (Mélusine).
La vouivre (Mélusine).

Nul ne se rappelle quand elle arriva, on sait juste qu'elle nous vient des profondeurs de l'abîme où Ogmios l'avait enchainée.

Sait on pourquoi, le vieux lion a toujours été le seul à être insensible au pouvoir de la vouivre.


Ceux qui l'ont vu et qui par miracle ont echappé à la mort racontèrent des histoires terrifiantes sur un serpent hideux qui portait un étrange rubis au milieu du front.


Un des survivants raconta ceci en rentrant au village:


" J'étais aller pêcher a la rivière, et bien evidement, comme d'habitude, je me suis endormi au pied d'un grand saule.

Ce n'est que le soir que le froid ambiant me réveilla, tout engourdi je bougeais à peine lorsque j'entendis le sifflement. Cela m'a glaçé le sang. Nous etions entre chien et loup, la nuit avançait a grand pas. 

Mais ce sifflement ma douai, jamais je n'en avais entendu un de pareil, et jamais je ne l'oublierai!

J'étais caché par les hombres de l'arbre et personne ne pouvait me voir.

Mais moi! Je l'ai vu!


Une jeune femme nue et magnifique se baignait dans la rivière, elle nageait langoureusement et faisait des aller-retours en se trémoussant a quelques mêtres de moi. Ç'aurait pus m'enchanter mais je vous assure que ses sifflements auraient hôter l'envie de bouger à toute une armée de vaillants soldats!

Et puis...il y avait quelque chose qui m'effraya encore plus. Dans la rivière, tout autour d'elle, il y avait des serpents en trés grands nombres, je n'en ai jamais vu autant, et de belles tailles pardi!

Des centaines de reptiles de toutes les races ondoyaient en se mêlant au chant de la vouivre.

Au bout d'un temps, je ne sais pas combien, elle se dirigea vers la rive, de l'autre côté du cours d'eau. Lorsqu'elle sortie de l'eau je vîs que tout le bas de son corp était différent, la chose n'avait pas de jambes et celles ci étaient remplaçées par le corp d'un grand reptile ..quelle peur!

C'est là que j'ai bougé, mais en me deplaçant un peu j'ai ecrasé quelques branches sêchées et cela fît du bruit.

D'un mouvement rapide de la tête elle tourna son regard vers moi et ses yeux rencontrêrent les miens. Par tous les dieux! Quelle beauté!

Au milieu de son front il y avait une pierre rouge comme un rubis et j'en eut soudain envie. J'aurai voulu lui voler son joyau!

Seulement voila, les serpents venaient de se tourner vers moi eux aussi, et certains se jetaient a l'eau dans ma direction.

Alors je suis parti sans demander mon reste, je vous jure que jamais un homme n'a couru aussi vite que moi a cet instant. J'entendais les sifflements, toujours aussi horribles dans mon dos, elle leur donnait des ordres...

J'ai cru mourir sur place!

Et puis je suis rentré au village, les bruissements m'avaient suivis longtemps mais je leur avait echappé."


Voila ce que cet homme raconta. Et bien sur personne ne le crût, les gens racontèrent qu'il avait fait un cauchemar. Ce n'est que le lendemain que des guerriers armés allèrent vérifier s'il se trouvait un monstre du côté de la rivière....et rien, ils ne trouvèrent rien....sauf des traces serpentines, empreintes dans la boue sur les deux berges, des centaines.

À leur retour, un des soldats arborait un air hagard et fiévreux, il a certifié sur son honneur qu'une des traces laissées dans le limon était bien celle d'un serpent...énorme, au moins aussi gros qu'un homme, plus gros certainement.

La vouivre mangeuse d'homme était passée par là.


On ne sait pourquoi, depuis cette date le paysan qui avait vu la vouivre changea beaucoup, lui qui etait d'habitude si joyeux demontrait à tous un caractère sombre et renfermé.

Chaque jour au soir, il retourna a l'endroit où ses souvenirs le ramenaient, c'etait comme si il voulait la revoir. Comme si elle lui manquait, il avait beaucoup vieillit en peu de temps...






Nb: la vouivre est une fée, qui a ses avantages et ses inconvénients, Merlin en fût victime. On l'appelle aussi: "la grande pêcheresse".