Jiamos et Ianos.

Jiamos et Ianos étaient des orphelins qui n'appartenaient pas aux mêmes tribus. Cependant ils avaient le même parèdre.

Jiamos ressemblait aux siens qu'il aimait éperdument, on disait qu'il se forfait sans cesse, une façon de s'apartenir. Tandis que Ianos n'avait de cesse de diverger et de vouloir partir. C'était un inconstant et un dissociateur.

Pourtant un jour un homme vînt les chercher pour les emmener sur la montagne sacrée et ils se rencontrèrent en louchant.

Jiamos le sociable ne reconnu pas son frère Ianos l'instable. Le premier regardait les paysages familiers tandis que le second, insatiable, voulait à tout prix aller voir leurs profondeurs.

Plus tard on fît de grands honneurs à Jiamos et un cercle fût traçé qui partait et qui revenait au même endroit à chaque solstice d'hivers. Tandis que Ianos parti pour ne jamais revenir en arrière, si il laissa des souvenirs, de lui même rien ne revînt mis a part des bouts de ce qu'il avait brisé.



Nb: trés importants, Jiamos était appelé Iammos dans l'antiquité gauloise, le Gémeaux, un demi-dieu qui définit les jumelages et la stabilité. Son symbole est celui de deux animaux (Aurochs de Stonehenge)où deux visages qui se regardent. Avant il renvoyait à la conception d'appartenance.

Vieux d'au minimum 5000 ans.

Le mot passé dans le français est :"jamais", qui définit l'immobilité de l'hivers.


Le mois des gémeaux, Giamos,se situe en période lumineuse de printemps. Ce qui me fait dire que le calendrier gaulois débutait par la période lumineuse, c'est à dire que le premier calendrier, celui de Stonehenge et des deux têtes d'aurochs qui devait commençer au solstice d'hivers est le plus ancien. Il y en a eut un second dit de Bélénos qui débutait pour l'équinoxe de printemps. Puis les Celtes ont débuté le leur à la période de Samain, soit à l'équinoxe d'hivers.


 Ianos est trés différent, il désigne le jeune qui diverge et s'éloigne de sa base, ne reste pas en place, qui ne revient jamais en arrière. Son symbole est celui des deux visages qui ne se regardent pas, on en a retrouvé des sculptures. 


Les deux ont été confondus ensuite dans l'histoire alors qu'a l'époque gauloise ils étaient bien identifiés. Il y a même une inscription qui parle des "giemini ianuaris", les jumeaux différents.