Dvoricos.

Le sang des rois.


Les chefs étaient comparés aux arbres majestueux, comme une extension de leur divinité terrestre.

Leur sang devenait dés lors celui des dieux pleins de connaissances. Les grands Chênes opposaient leur solidité à travers les siècles, c'est là que se tenait Dvoricos, le dieu des tempéraments. Son essence recouvrait le dessous des écorces sacrées de sa teinte rougeâtre, n'asconde dans l'ombre, protégés par son caractère rugueux. Dvoricos enseignait aux druides les connaissances de l'arbre à travers son tempérament sanguin. Des nymphes légères appelées Dervones l'aidaient à chaque tournant de ses matières, là où ces filles montraient leurs couleurs volatiles du même roux que le sang de leur père, se trouvait une pierre de jaspe rouge que l'on appelait "Dévia", celle qui encense les esprits avec dévotion. Cet oeil de jade était la pierre de l'humeur, celle de la magie cachée dans tous les êtres du monde. La pierre de sang qui emportait les sentiments. Les connaissances qu'apportait Dvoricos aux hommes ne devaient pas être divulgués à tous et un grand secret reignait chez les adeptes de ce dieu.




Nb: Dvoricos avait aussi pour nom "Dervoricos", le roi des dévotions du chêne, la vigueur et la solidité, la bonne santé des caractères qui s'affirment.

Il semble qu'il soit surnommé "le troisième roi", eusse égard aux trois mondes.