Daouina.

Divinité de la foi et des prières enflammées. À notre époque ce sont des hommes qui mènent les cultes messianiques dans des endroits spéciaux, chez les gaulois, il y avait des prêtresse pour cela. Daouina apportait la foi à travers ses paroles, et comme le fleuve emporte les coeurs dans son mouvement, Daouina avait ce don d'emmener les gens dans l'offrande d'eux même. C'était la déitée féminine qui incarnait la protection des maisons de la foi, où plus exactement des endroits de la religion. Ces ouailles étaient les Dana, un nom de noblesse que les chrétiens avaient transformé en "danés". Passant d'une foi véritable et protectrice en la déesse, dans la considération d'une pratique de sorcellerie dont on ne connaissait même pas le concept à l'époque gauloise. Les gens qui venait chercher la protection dans la maison de Daouina étaient généralement pauvres et demandeurs d'asile.



Nb: il y a eut un moment où les orientalistes ont emmené le concept de honte qui n'existait pas chez nous. Personne n'est parfait c'est humain. Cette horreur religieuse messianique est apparemment arrivée avec ce mot: "davino", qui inclut l'idée d'enfer inconnue jusque là. Les "Dana" sont passés à cause de cette idée indo-européenne de l'état de dévotion a la maison de la foi de Daouina, à celui de danés par les monothéistes. C'est toute la difficulté de ce thème en "dao" qui mélange le côté noble de la foi protectrice et celui corruptif de la foi enflammée. En l'occurrence, Daouina était une des  déitées de la foi protectrice. A ne pas mélanger avec "Davina" qui est orientale et nocive.