Carpundia.

Les tribus gauloises étaient prospères, et cela leur venait surtout de leur agriculture. Ils utilisaient un char à herse pour nettoyer les champs de leurs  pousses mûres. Du blé, de l'orge, différentes plantes domestiquées qui donnaient des graines. Carpundia était la déesse qui facilitait le travail grâce à cette machine. On lui octroyait aussi la magie des meules de foins considérées comme autant de richesse. C'était "la nettoyeuse", celle qui rapporte un butin de vivres à engranger. Elle avait donné son nom à certaines citées dont c'était l'activité principale.



Nb: tout a fait exact, on lui attribuait le pouvoir de nettoyer et de faire briller. C'est encore une divinité des machines roulantes, en agricole cette fois ci. Ce qui me laisse penser que ces machines considérées comme envoyées des dieux devaient être sculptées avec des yeux où autres motifs de personnalité.

Apparemment elle était investie d'une trés haute spiritualité (toujours l'usage du pragmatisme bien gaulois, ce qui fonctionne merveilleusement est divin).