Cantrusteïhae.

Très proches de la nature, nos gaulois vivaient avec elle, en elle.

Les cantrusteïhae était un groupe de mattres trés particulier, la ceinture des abeilles avait été imitée comme le signe de ceux qui purifient un produit merveilleux. Cette ceinture était comparée à l'écorce des arbres dans laquelle les insectes divins se réunissaient. C'était la célébration des générations à venir, de la pérennisation du message des ancêtres. Car les abeilles venues de la forêt primordiale, l'émeraude, étaient des animaux divins, représentantes des aïeux qui avaient fondé les tribus gauloises et leurs lois divines.



Nb: c'est vraiment une question de cycle et de générations, de garde des acquis et de chaleur. Il est question d'un creuset, chaudron et de purification dans l'étude. De compatriotes et d'enterrement, c'est a dire du souvenir de ceux qui sont passé.

Une célébration de l'arbre des ancêtres.