Aventia.

Voilà une des divinités les plus troublantes parce que les historiens grecs ont salit volontairement le culte gaulois. On sait aujourd'hui avec certitude que ces écrits affligeants ne sont que des racontars. Pamis ceux ci il y a l'histoire d'un manequin géant construit en saule jaune (impossible) remplit de gens que l'on sacrifiait: un énorme mensonge des concurrents directs de druides. Les cérémonies druidiques étaient interdites aux étrangers durant l'Antiquité, pour une question de secret et de magie. Ceux qui ont décrit le "wikers Man"....ne l'ont jamais vu de leur propres yeux.



Aventia était une nymphe des rivières, de ces rivières spéciales où pousse le saule jaune, dit saule a tresser.

C'était une divinité de l'inspiration, de la force du temps, de l'eau qui fait pousser les fameuses branches de cet arbre. Ces branches étaient surutilisée par les gaulois et on en vendait en quantité, elle servait à fabriquer les treillage, les tonneaux à poisson, les paniers, des épouvantails a oiseaux, elles servaient presque à tout.

C'est ce qui en à fait un arbre de l'inspiration et de la créativité, de l'awen, l'axe, comme disent les druides aujourd'hui.

Aventia était la marraine des marchés du saule jaune (ou vert, c'est selon).

Ce terme est passé dans la religion paisible des druides, les chrétiens sans le savoir l'utilisent aussi couramment, pour les druidisants c'est l'awen.  Cette déesse de l'inspiration offrait une belle maîtrise du tressage des bois ligneux et donc plus spirituellement parlant: des poèmes qui se tressent et s'enchevêtrent. C'est l'idée d'enchantement par les arts. C'est de là à mon avis qu'est parti la légende du manequin géant. En effet, les poésies sont des tressages de sens, on sait que les druides apprenaient des milliers de ces vers. Et que trouve t'on dans ces maillages en général : les noms des héros et des rois mythiques, des gens qui ont marqué l'histoire. Il y avait un désir de garder et de protéger l'histoire et la culture gauloise a travers ces vers non écrits, les apprendre par cœur, les répéter inlassablement, c'était une façon de garder vivante la mémoire des tribus. Et Aventia en était l'inspiratrice, où plutôt, celle qui faisait pousser le saule, l'histoire.




Nb: il est complètement impossible de construire un manequin géant sacrificiel en saule à tresser, c'est un bois très ligneux, très solide, mais qui s'avachit et se tord a la moindre pression. Donc cette histoire de "wikers Man" est une pure invention sorti de l'esprit jaloux des curieux qui n'avaient pas droit à ses secrets. 


Je remarque que les druides  d'angleterre nous renvoient souvent à cette grosse betîse en continuant à stygmatiser les druides gaulois avec ces mensonges. Rira bien qui rira le dernier. L'Awen de la sagesse druidique tire son nom des rivières à saule de tressage. C'est une image se rapportant à la poésie druidique.

Les gens qui la salissent n'ont jamais été de vrais druides, tout juste des colporteurs d'obscurantisme stupides.


Le wikers Man n'a jamais eut aucune existence physique car il est impossible a construire en saule jaune, ce personnage géant c'est celui de l'esprit de tous les ancêtres, celui qui contient toute la pensée des Gaules. Il ne s'agissait pas d'un vrai sacrifice, il s'agissait de tresser un être géant avec l'inspiration de Aventia, contenant toute la mémoire des royaumes gaulois. La langue gauloise est une langue construite grâce à ce treillage.


Nb2: si vous vous essayer au tressage de panier au bord de la rivière aux saules jaunes (voir plantes médicinales) par exemple, vous vous apercevrez qu'en effet ce sont des moments où votre inspiration sera la plus productive de souvenirs.

Nb3: ces travaux s'effectuaient en groupes.

Les étrangers n'étaient pas admis pour ne pas mélanger leur mots à la langue sacrée, ce n'est pas une histoire de racisme.

C'est très vieux, ces travailleurs de l'Awen continuèrent à chanter plus tard au pied des cantalons.


L'origine du mot ne provient pas du sanscrit, pour autant que je sache, les rivières de l'awen n'ont jamais existé en Inde mais il y a peut-être eut des échanges il y a 10 000 ans déjà parce que cet arbre est utilisé depuis des dizaines de milliers d'années en Europe de l'ouest. Pour attacher les outils de pierre entre autre.