Arardos.

Dit aussi: Tranche-montagne. Ce dieu avait la force d'un ours, c'était un demi-dieux en fait. Tout jeune il apprit les travaux des champs et c'est toujours à lui que l'on demandait de maîtrisait la charrue. On l'appelait le grand laboureur, et il avait une place dans les étoiles. On lui avait élève des cantalon, les chants racontait l'histoire d'un grand laboureur fils d'un dieu et d'une mortelle, un être qui pour faire plaisir à sa dulcinée entreprit de passer sa charrue a travers les hautes montagnes inhabitables des Pyrénées. Arardos à la force d'ours creusa de profonds sillons dans la pierre et ce sont ces creux qui formèrent les vallées pyrénéennes. Des joyaux où dorénavant la vie poussait partout luxuriante. La tribu des Convènes lui faisait de grands honneurs, c'était grâce à lui que les vallées fertiles étaient apparues, c'était donc un peu le père de la tribu. L'une d'entre elles a gardé son souvenir en haute Garonne.



Nb: la charrue, ou plutôt le pic de la charrue gauloise s'appelait "Arado", celui qui érode, encore un mot français venu du gaulois.