Anvallos.

Anvallos où le dieu des bœufs a eut son importance dans les marchés centraux. C'était le dieu des antiques maquinions, des commerçants de vaches et surtout des taureaux castrés que l'on employait beaucoup dans les travaux des champs. Divinité des petits poètes, le caractère affligé des bœufs un peu lourdeaux lui valait aussi la réputation de piétiner de route parce que ses équipages soulevaient sans cesse un gros nuage de poussière. C'était aussi ce dieu qui définissait les descendances "sans fils", c'est à dire ceux qui ne se reproduiraient jamais. Il avait un rapport avec le vélar, les souverains, la richesse et le spectacle qui était offert lors de grandes ventes de bovidés.