Andossios.

Nouveaux dieux.


Les époques passèrent avec leurs changements de mentalité. C'est ainsi qu'apparu un dusiis bien différent des autres, Andossios, le dieu des anarchies.

Celui-ci était avenant au regard, amène aux paroles mais tricheur comme personne. Il arrivait à posséder certains corps, de ceux qui en eurent besoin.

 Il détestait les lois par dessus tout et voulait, disait il, offrir la liberté au monde.

Ce qu'il ne disait jamais, c'est que le prix de cette liberté était immense, celui d'une seule loi: la loi du plus fort. 

Andossios se fît ainsi connaître, et apprécier de ceux qui en eurent besoin, où plutôt, de ceux qui en eurent la force.


Divic, la générosité divine, passant par là, entendit parler de la créature et décida d'aller y jeter un coup d'oeil.


Il demanda à quelqu'un qui se baladait l'air de l'insouciance sur le visage:" dit moi, je manque de tout parce que je le donne à qui en veut le plus souvent. Je cherche un peu de liberté à donner, saurait tu où la trouver?"


Et le personnage, un artiste chantonnant gaiement qui je pense s'appelait Sagro, lui indiqua une direction, lui précisant que derrière ces rochers, plus loin, il y aurait ce soir la personne en question. Ce dernier l'aiderait.

______


Le soir même, Divic se rendit au rendez vous.

Derrière les rochers étaient étalées 20 charrettes bancales, toutes pleines de blé. Les chevaux attelés à chacune d'entre elle étaient harassés de fatigue, et pour certains, beaucoup trop vieux pour pouvoir tirer leur fardots.


Une voix s'éleva depuis l'intérieur des rochers:

" Bonjour Mon ami, on m'a dit que tu avais besoin de liberté?"


-"en effet, répondit Divic, j'ai envie de la redonner".


"Et bien vois tu, tu peux prendre une de ces charrettes, elle te permettra d'acquérir la liberté. Regarde comme elles sont pleines de blé, cela est beau, cela est nécessaire.

Je te donnerais donc une charrette mais si tu m'en rend le prix multiplié par 10.

Cela te vas t'il?" Argumenta le dusii.


Divic lui demanda à réfléchir 3 jours.


_______



Le premier jour, il vînt voler la première charrette, relâchant toutes les pauvres bètes qui étaient entravées aux autres également. Il estima que telle était sa propre loi.


Le second jour, il croisa une patrouille des équites du roi de l'endroit. Il leur montra les 19 charrettes restantes et leur indicat qu'elles appartenaient à Andossus, l'anarchiste.

Ils avaient donc le droit eux aussi de prendre une charrette chacun pour acquérir un peu de liberté.

Les soldats s'en emparèrent plein de rires fracassants.


Le troisième jour, Divic revînt voir le dusii.

Celui-ci n'était pas content mais le fait est qu'il est difficile de s'en prendre a la générosité, cela pourrait se retourner contre soi.


Ainsi, Divic lui parla avec délicatesse :


"Je te remercie mon ami, car grâce a toi, j'ai trouvé plein de liberté à donner"  et lui apprit aussi:" tu avais raison, c'est un pur délice que d'enfreindre les lois de l'anarchie, les soldats fûrent heureux d'acquérir gratuitement un peu de liberté chacun!"


Je t'ai donc largement redonné ce que tu voulais me prendre.

Mais j'ai bien peur qu'il ne te reste aucune liberté.


"Liberté, liberté chérie..quand tu nous tiens..."

Lui dit encore Divic en chantonnant gaiement...

Puis, le dieu des manants repris son chemin.


D'ailleurs, je pense me souvenir que c'est depuis cette époque que les chevaux commencérent à rire en repensant à cette histoire.