Andeïs.

Andeïs est une déesse bien misterieuse qui nous vient du fond des âges, ce serait elle qui serait à la base de la naissance des tribus de Dana (Ana).

C'était une divinité uniquement religieuse dont le culte demanda une foi aveugle et une dévotion totale. Autochtone, sa maison se trouvait dans un vallon de Bretagne. C'est une déesse souterraine, celle qui était vénérée dans les allées couvertes. C'était donc aussi une déesse de la mort et de la résurrection, là encore, le culte des eaux est présenté comme central. Andeïs n'a jamais eut aucunes limites morales humaines, c'était une déesse de la passion trés intensive. Une déité du feu des coeurs, à Stonehenge on célébrait le soltice d'hivers et le recommencement des temps lumineux, à Carnac et dans le tumulus de Gavrinie on célébrait Andeïs la nuit avant le solstice d'été lors de processions de torches. Les chefs venus de partout venaient implanter leur pierre d'éternité, celle qui incarnait la conscience et la puissance des clans. L'esprit dans ces pierres debouts, à l'allure humaine de ceux qui attendent, serait réveillé plus tard par Andeïs, lorsque le moment serait venu. C'était aussi la divine inspiratrice des agencements et la faiseuse de rois. Le réceptacle de la foi du passé avait un rapport avec les marées atlantiques les vagues et les eaux bouillonnantes (maelstrom?).



Nb: c'est le côté féminin d'Aïduos mais pas forcément infernale non plus. C'est l'idée de volonté divine et pour la forme de blancheur d'écume, de quartz ou de veines marbrées.

Également appelée "Ande".