Alosiokos.

Et donc il y avait des routes empierrée, mais ce genre d'ingenièrie demandait d'autres type d'organisation. Pour calculer les directions, les profondeurs, la largeur des voies. Alosiokos était le dieu "des ponts et chaussées". Aux croisements de ces voies, on retrouve encore souvent les cantalon qui servaient à déposer les offrandes, les "madera". Ces piliers servaient également de bornes, sur l'un de leur côté une des quatres directions est arrondie, comme si celui indiquait une voie. Ces chemins carrossables fûrent consacrés par les druides d'Alosiokos. C'était un gage de sûreté de bonne planification et de conscience. Ce sont aussi ces voies qui servaient aux pèlerins, le dieu avait la réputation d'aller droit et loin au fond des choses. C'était une bonne divinité que celle qui vous emmènait jusqu'au bout du chemin.