Aldmesses.

Les peuples gaulois habitaient une terre   que les dieux leur avaient donné. Aux milles saveurs, aux milles visages, il y avait bien sûr mille plats goûteux et leur préparations. Aldmesses était celui des  viandes et des chairs fûmées et cuisinées avec des herbes, à une époque où les méthodes de conservation nécessaires faisaient l'objet de beaucoup d'attention. Les salaisons, les viandes fûmées où baignées dans des potions d'herbages permettaient une cuisine de haut niveau. Car Aldmesses était un dieu cuisinier. Ses mets indemnes de toute corruption en avait fait le dieu indompté de la liberté, c'est à dire celui qui résistait longtemps à la pourriture qui corromp toutes les chairs. On l'appelait le brûlant aussi à cause des fournaises qui séchaient et cuisaient la nourriture, la maintenant dans un état saint. Il avait un lien avec la préparation du charbon, des monticules fûmants. Les épices aussi relevaient le goût de ces fumaisons, à cette époque c'était la nourriture qui était considérée comme la plus stable, les soins intensifs qu'on lui apportait était reconnus comme appartenant à certaines maisons, déjà à l'époque, il y a plus de deux milles ans, les Gaules étaient reconnues pour leur savoir faire cuisinier, Ça n'a pas beaucoup changé ça non plus.



Nb: je confirme bien un rapport avec la cuisinne dans l'étude.