Agrona.

Il est des déesses qui se rappellent à nous aisément grâce aux griffures qu'elles nous infligèrent. Les beautés sauvages savent se défendre, Agrona était l'une d'elle. Ses prunelles bleues sombres attirérent bien des guerriers. La dame aux griffes acérées gardait férocement ses trésors. C'était une déesse directement née de la nature elle aussi, appartenant au monde originel. 


"Suivez les ruisseaux serpentants et vous trouverez  le royaume d'Agrona, ses faveurs n'appartiennent qu'aux plus courageux". Ainsi parlez t'on de l'endroit où elle vivait. Il était question de médecine également.


En remontant son ruisseau jusqu'à sa source, il fallait marcher dans le cours d'eau lui même, impossible de faire autrement. En arrivant aux portes de son palais, la friandise se montrait partout, seulement voilà, les baies tant convoitées étaient protégées par la femme au caractère blessant. Les buissons exposaient leurs épineux problèmes, Agrona était la divinité des prunelles, elle montrait ses appâts aux gourmands, mais elle faisait cher payer les nigauds qui se jetaient dessus. C'est à cause de ses défenses piquantes qu'on en fît une divinité guerrière plus tard. Les pics harcelaient les maladroits, les menants certainement à de bien mauvais souvenirs plus tard. Avec Agrona, la délicatesse était de mise où la blessure était promise. On dit aussi qu'elle ne relâchait jamais son emprise sur les imprudents qui la convoitèrent, enserrant ses amants dans de dangereux ébats.


Nb: ce ruisseau existe encore, dans le Lot, si quelqu'un pouvait aller y replanter quelques prunelliers sauvages, je lui en serais gré.