Aericula.

Évidemment qu'il y avait des moments où les divinités du monde du dessous se faisaient plus douces, Aericula était l'une d'entre elle. Le printemps s'avançait avec sa douceur humide, libérant la nature endormie. Les petits oiseaux chantonnants des airs gais et enjoués. C'était la saison des amours, Aericula enchantait les esprits d'oraisons libertines. La pamaison prenait bientôt toute son ampleur, les mâles et les femelles appelaient à la magie printanière. Ces nobles ardeurs exprimant le désir de vivre et d'aimer enchantaient les forêts de ritournelles nuits et jours. Du plus profond des vallées, le cerf chantait sa créativité animale, le brame durait longuement, orientant les femelles vers l'endroit où il se tenait. Les humains eux même n'étaient pas épargnés, appelant plutôt volontairement aux amours de l'année.



Nb: il s'agit bien d'une déesse des chants d'amour et des pamaisons. Son nom signifie: "groupement alentours des règles de la douceur".  La divinité des amants cachés ou des amours personnels apparement.