Language Courant.

Bien sur, chaque culture a ses mots, sa langue. Elle se forge a travers les échanges courants, et les proverbes, surnoms et autres patronymies sont les racines populaires qui lient un grand esprit commun.

Cela se retrouve souvent chez les gaulois.

Je vous en cite quelques uns.


Celui qui connaît les cents chemins: Se dit de quelqu'un d'eduqué.


Branches tordues : se dit de quelqu'un qui est un peu fou.


Feuille perdue: Se dit de quelqu'un qui perd la mémoire.


Vieux soleil: se dit de quelqu'un d'âgé.




Tous ces mots désignent quelque chose d'humain et sont modélisés grâce aux contacts avec la nature environnante, devenant ainsi comme une nature des choses spirituelle.


Souvent les surnoms prennent naissances au cours de l'année, avec le temps qui s'écoule selon les saisons.


Exemple :uxsa-canus: roseau haut où ande-canus: roseau bas.


Ils sont employés pour les contes et chants.

Le language gaulois, dont est issu la gauloiserie se veut facilement gaie, enjoué où narquois.

Exemple: Daco-uiros: bon homme, où plutôt bon sexe. (Un bon coup)


En oppositionnel aux catholiques, je ne dirais pas: je "crois" ce que je voie...mais plutôt : je comprend ce que j'entend. Car c'est le monde spirituel qui prend le dessus sur les sens physiques, l'invisible est pensée.





Autres exemples:  Dus-celinatia: mauvais présage.


Ex-obnius : sans crainte, hardi.


Agedo-mapatis: visage d'enfant, se dit de quelqu'un à l'esprit simple.


Amarco-litanus: vaste regard, se dit de quelqu'un qui comprend tout.



Lors de vos traductions, n'oubliez pas qu'a l'époque gauloise, le "S" se confond avec le "F" et que le "K,C,Q" se confondent avec le "G".