Gérer Un État-Pays.

Le Druidisme en France.
Le Druidisme en France.

Gérer un État.


Je ne parle pas d'un pays lointain où d'une région autonome mais bien d'un État, c'est à dire l'ensemble de mécanismes qui permet la gestion saine d'une population résidante sur un territoire donné.


(Le concept de nation repose sur un socle uniquement culturel, ainsi plusieurs pays peuvent faire partie de la même nation).


Il y a trois axiomes qui permettent la gestion chez l'humain, son foyer où réside sa famille (son groupe), sa nourriture (et donc son travail) puis il y a sa façon d'appréhender les choses nouvelles, inconnues, c'est l'espace de sa spiritualité. En ramenant ces trois portées au groupe lui même on obtient les trois leviers qui décident du comportement social. J'essentialise mais c'est utile: 


Le groupe-foyer c'est la nation,

La nourriture-travail est associée au territoire,

La spiritualité personnelle est directement liée à l'éducation.


Lorsque ces trois éléments sont réunis, il faut en faire la promotion constamment. C'est l'éveil de la pensée commune. Hors une construction comme celle ci repose sur la confiance en le groupe et notamment en ses dirigeants. En temps de paix tous les échanges sociétaux stabilisés reposent sur la confiance, pas sur la force.


 Un des piliers de la société est celui de la justice et donc directement lié avec l'honnêteté personnelle. Ce sentiment d'honnêteté provient d'un ensemble d'acquis provenants de la spiritualité. La distribution juste des ressources reposent justement sur le jugement des décideurs. 

Voilà pourquoi les druides géraient le pays gaulois.

Faire confiance en un pouvoir militaire, royal, en temps de paix aurait été stupide. C'était juste la promesse de lendemains houleux, alors le pouvoir spirituel gérait les affaires de l'État en lieux et places de la noblesse guerrière.


Mais revenons à ces derniers personnages, la noblesse ne l'était pas à cause de son éducation et de sa compréhension, les nobles étaient choisis pour leur force physique et morale. À l'époque de nos anciens la filiation par le sang existait déjà. Pourtant la gestion des affaires courantes n'appartenait pas à la noblesse 

J'oserais dire en plus qu'aujourd'hui les vrais chefs naturels émergent d'eux même et n'ont besoin d'aucune caution.

Les autres ,pistonnés , sont des larves.


En fait le pilier de la justice était le seul autour duquel se fondaient les fonctionnements de l'État gaulois. C'est ce pilier de la justice qui fait l'équilibre dans le temps. Toute l'évolution, l'émergence constante d'une certaine modernité, fonctionne grâce au bon jugement des équilibres et des besoins au sein d'un groupe de gens. C'était cela la justice des druides, la mise en place d'un équilibre constant et évoluant.


C'est pour cela que la justice était rendue au pied d'un arbre symbolisant le pays, sa culture, son esprit commun.



Les forces de l'ordre obéissaient donc entièrement aux décideurs de justice.

Les forces militaires n'intervenaient que dans des affaires extérieures. 



Diriger un État-nation.


On se demande comment faire en sorte qu'un pays, un groupe de gens, aillent tous dans une même direction.

La solution est dans le titre, il s'agit de décider de la destination d'un ensemble de pensées. C'est à dire de mettre au monde une vision futuriste d'un ensemble culturel, de décider de l'avenir culturel d'une nation, de sa modernité présente et à venir.


Donc c'est une somme d'actes contribuant au changement évolutif prolixe et constructif, toute action est décidée dans l'optique du prochain changement. Mais tous ces actes mis à la suite les uns des autres, produisent des changements sociétaux et culturels importants. Le but du jeu étant de diriger l'évolution d'un pays continuellement et sans réelle scission avec l'ancien ordre des choses. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, sans quoi les beaux projets futuristes finissent tous dans le mur.

J'aurais tendance à dire que quelques erreurs de chemin ne sont pas tellement gênantes si la plus grande part des actes décidés nous emmènent tous dans la même direction. Personne n'est parfait et il faut tenir la barre avec rigueur au mieux de nos possibilités.


Mais finalement y a t'il un but final arrêté dans les décisions des grands gestionnaires : eh bien justement non, l'histoire ne s'arrête jamais, on donne des directions sans forcément en connaître tous les aboutissants, il n'y a que les grands visionnaires qui ne se trompent pas, ce sont ce que nous appelons des lumineux, des porteurs de lumière.

Ceux là restent des personnes rares et n'apparaissent qu'opportunément. Ils apparaissent de toute façon, ce sont des Napoléon, des Pasteur, des De Gaulle.

Ce ne sont pas toujours les meilleurs places et il faut vraiment aimer sa terre pour en diriger les peuples.

Diriger un État-nation.


On se demande comment faire en sorte qu'un pays, un groupe de gens, aillent tous dans une même direction.

La solution est dans le titre, il s'agit de décider de la destination d'un ensemble de pensées. C'est à dire de mettre au monde une vision futuriste d'un ensemble culturel, de décider de l'avenir culturel d'une nation, de sa modernité présente et à venir.


Donc c'est une somme d'actes contribuant au changement évolutif prolixe et constructif, toute action est décidée dans l'optique du prochain changement. Mais tous ces actes mis à la suite les uns des autres, produisent des changements sociétaux et culturels importants. Le but du jeu étant de diriger l'évolution d'un pays continuellement et sans réelle scission avec l'ancien ordre des choses. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, sans quoi les beaux projets futuristes finissent tous dans le mur.

J'aurais tendance à dire que quelques erreurs de chemin ne sont pas tellement gênantes si la plus grande part des actes décidés nous emmènent tous dans la même direction. Personne n'est parfait et il faut tenir la barre avec rigueur au mieux de nos possibilités.


Mais finalement y a t'il un but final arrêté dans les décisions des grands gestionnaires : eh bien justement non, l'histoire ne s'arrête jamais, on donne des directions sans forcément en connaître tous les aboutissants, il n'y a que les grands visionnaires qui ne se trompent pas, ce sont ce que nous appelons des lumineux, des porteurs de lumière.

Ceux là restent des personnes rares et n'apparaissent qu'opportunément. Ils apparaissent de toute façon, ce sont des Napoléon, des Pasteur, des De Gaulle. 

Ces gens travaillent pour eux même et dans le même mouvement travaillent pour leur nation, c'est ce qui les rends si forts, ce sont des chefs naturels, pas des égoïstes où des calculateurs froids.

(Une personne qui ne travaille que pour elle même où bien qui ne travaille que pour sa nation n'a aucune chance d'aboutir nulle part, ce sont là plutôt deux signes de folie pris séparément).


Ce ne sont pas toujours les meilleurs places et il faut vraiment aimer sa terre pour en diriger les peuples.


Mais à quoi reconnais t'on un porteur de lumière ? (Pour rire il porte une torche avec une torc).

Eh bien au fait que la plupart du temps ces personnages sont des incompris, trops en avance sur leur temps. Mais les druides savent les reconnaître, et ils vous diront la plupart du temps : " vous pouvez le suivre, si vous ne comprenez pas ce qu'il fait, lui en tout cas il sait très bien où il va.